Skip to content
news_press_releases_french.jpg

SEFPO : sévissez contre les points de vente privés qui sont ouverts en début de matinée et rouvrez les succursales de la LCBO le lundi

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas speaking into a microphone in front of an Ontario flag.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande au gouvernement de sévir contre les magasins privés qui vendent illégalement de l’alcool dès sept heures du matin et d’inciter la LCBO à reprendre immédiatement ses ventes responsables le lundi.

« Nous avons les reçus qui montrent que des dépanneurs privés et des épiceries vendent aux gens très tôt le matin et il faut que ça cesse », a déclaré le président Thomas. « La LCBO a une expérience de très longue date en matière de vente responsable et le gouvernement devrait faire tout ce qu’il peut pour encourager les Ontariennes et Ontariens à magasiner à la LCBO. Et les détaillants qui bafouent la loi devraient immédiatement perdre le privilège de vendre de l’alcool. Le temps des excuses est terminé. »

« Alors que la majorité de l’Ontario est en train de passer à l’étape 3 du déconfinement, il est temps de rouvrir les magasins de la LCBO le lundi », a déclaré le président Thomas. « Les fermer avait peut-être eu un sens au début de la pandémie, mais il est maintenant temps que la LCBO retourne à ses heures d’ouverture normales. »

Smokey Thomas a déclaré qu’en plus de la vente responsable, il y a de bonnes raisons financières pour que la LCBO retourne à ses heures d’ouverture normales.

« La population de l’Ontario perd beaucoup d’argent chaque lundi quand les succursales de la LCBO restent fermées », a-t-il expliqué. « Il y a un nombre sans cesse croissant d’épiceries et de “comptoirs express” privés de la LCBO qui vendent de l’alcool le lundi. Et pour chaque bouteille qu’ils vendent, il y a de riches PDG, comme Galen Weston, qui empochent des profits qui auraient pu être investis dans nos centres de soins de longue durée, nos hôpitaux et nos refuges pour sans-abri. »

Il y a maintenant plusieurs années que le SEFPO et ses plus de 8 000 membres de la LCBO mettent en garde les gouvernements provinciaux au sujet des coûts de la privatisation de l’alcool.

« Nous en avons marre de voir notre gouvernement privatiser progressivement la vente d’alcool », a déclaré Colleen MacLeod, présidente de la Division des employés de la Régie des alcools du SEFPO. « Nous sommes très fiers de contribuer à rapporter un bénéfice annuel de plus de deux milliards de dollars pour la population de l’Ontario. Nous sommes également fiers de notre excellent bilan en matière de vente responsable et de satisfaction de la clientèle. Et nous sommes encore plus fiers d’avoir travaillé en première ligne durant une période incroyablement difficile. Nous demandons à notre gouvernement de nous appuyer au moment où la province se dirige vers un semblant de normalité. »

L’ancien gouvernement libéral avait autorisé les épiceries à commencer à vendre de la bière et du vin, tandis que l’actuel gouvernement conservateur a élargi les ventes d’épicerie et double le réseau de comptoirs express privés de la LCBO qui peuvent vendre de la bière, du vin et des spiritueux.

« C’est scandaleux », a déclaré pour sa part Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO. « Ces “comptoirs express” sont censés se trouver dans des petits magasins situés dans des régions éloignées de la province. Mais ils sont vite devenus un moyen de se remplir les poches pour des propriétaires de chaînes d’épiceries, comme Foodland, qui exploitent les failles du système pour s’enrichir aux dépens du reste d’entre nous. »

« Il est temps de redonner la priorité à la LCBO et à la population de l’Ontario. La première étape : rouvrir les succursales de la LCBO le lundi. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931