Skip to content

Le SEFPO demande des mesures pour protéger les travailleurs de la Société canadienne du sang qui n’ont pas de protections contre la COVID-19

Toronto – Alors que la Société canadienne du sang (SCS) exhorte les Canadiens à continuer de donner du sang durant la pandémie, le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) demande à l’organisme de procurer à ses travailleurs les mêmes équipements de protection auxquels ont droit la plupart des autres travailleurs de la santé.

« C’est irresponsable. Non seulement la SCS ignore nos demandes concernant le minimum nécessaire d’équipement de protection individuelle (EPI), mais elle empêche carrément nos membres de prendre des mesures raisonnables pour se protéger eux-mêmes », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

Le président Thomas a déclaré que les gestionnaires de la SCS ont ignoré les requêtes du SEFPO qui a demandé que ses 700 membres de la SCS soient dotés de masques et de gants. Le président Thomas a également ajouté que la SCS a en outre ignoré les demandes concernant l’installation de barrières en plexiglas et la mise en place de procédures de filtrage plus ciblées incluant une vérification de la température. 

« Nos membres de la SCS travaillent durant cette pandémie parce que les patients atteints d’un cancer, les femmes enceintes, les victimes de traumatismes et toutes les autres personnes ayant besoin de sang et de plasma comptent sur eux », a indiqué  Smokey Thomas. « Mais comme d’innombrables travailleurs du secteur public, ils s’exposent à un risque accru. » Nous demandons à leur employeur de cesser de mettre ces travailleurs et leurs familles en danger et de leur procurer l’équipement de protection individuelle dont ils ont vraiment besoin. »

Le président a déclaré que certains travailleurs de la SCS se sont fait dire de retirer l’ÉPI qu’ils avaient amené de chez eux.

« Assurer l’approvisionnement en sang au Canada est une responsabilité que nos membres prennent très au sérieux »,  a déclaré Geoff Cain, le président du Secteur de la de la SCS et du diagnostic du SEFPO. « Nous mettons tous les jours notre santé en péril et nous demandons seulement d’avoir le même équipement de protection que la plupart des autres travailleurs de la santé. »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré qu’il est temps que le chef de la direction de la SCS, le Dr Graham Sher, et les autres cadres supérieurs commencent à prendre leurs responsabilités au sérieux.

« Nous sommes bien conscients du fait que les besoins en dons de sang et de plasma augmentent », a déclaré Eddy Almeida.  « Mais il est également urgent d’arrêter la propagation du virus. » « Les gestionnaires de la SCS doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que les donneurs et les travailleurs ne se contaminent pas les uns les autres. La dernière chose dont nous avons besoin en ce moment est d’une autre crise dans notre système d’approvisionnement en sang. »

Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931