Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande l'annulation de toutes les compressions « brutales » dans les cliniques juridiques

sector_5_community_agencies_fr_2.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Au moment où on apprend que les coupes à Aide juridique Ontario (AJO) ont des répercussions sur la communauté et les cliniques spécialisées dans la province, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, exhorte le gouvernement Ford à annuler immédiatement ces compressions.

« Ces compressions qui frappent les cliniques juridiques sont une honte », a déclaré le président Thomas. « Si le gouvernement procède à ces compressions, les personnes à faible revenu n’auront plus accès aux services d’aide juridique dont elles ont besoin pour préserver les éléments essentiels du droit à la vie. »

« Ces réductions vont dévaster la vie des gens et menacer l’intégrité de notre système de justice. »

Dans son budget du printemps, le gouvernement Ford a imposé des compressions de 133 millions de dollars au budget d’AJO, ainsi qu’un montant supplémentaire de 165 millions de dollars l’année prochaine.

Aujourd’hui, Aide juridique Ontario a informé la communauté et les cliniques spécialisées qu’elle finance des réductions importantes qui leur sont imposées. Les Services juridiques communautaires de Parkdale à Toronto, par exemple, ont leur budget amputé d’un million de dollars.

« Ces cliniques sont la dernière ligne de défense pour les personnes vulnérables de l’Ontario », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Elles empêchent les expulsions. Elles protègent des personnes d’une déportation en cas de danger de mort. Et elles aident des bénéficiaires de l’aide sociale ou des travailleurs qui reçoivent des prestations, qui ont du mal à joindre les deux bouts, à mettre de la nourriture sur la table. Supprimer ces services est inhumain. »

« Le gouvernement avait promis à tout le monde que les services de première ligne ne seraient pas touchés », a déclaré Aidan Macdonald, président de la section locale 5118 du SEFPO. « Mais ces cliniques, qui n’ont déjà plus aucune marge de manœuvre ne peuvent plus absorber ces coupes sans réduire les services dont les gens ont besoin. »

Le président Thomas a promis que le SEFPO combattra ces compressions jusqu’à ce qu’elles soient annulées.

« Cette lutte est loin d’être terminée », a ajouté le président Thomas. « Les cliniques juridiques et les communautés qu’elles servent vont se mobiliser et se battre. Le gouvernement Ford a déjà fait volte-face concernant d’autres questions face aux pressions constantes et le SEFPO appuie pleinement tous les moyens d’action afin que ces compressions soient le prochain enjeu sur lequel le gouvernement fera volte-face. »

Renseignements : 
Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931