Skip to content

Le SEFPO demande aux Services d’aide aux enfants et aux familles de Kinark de redéployer le personnel de première ligne au lieu de procéder à des mises à pied abusives

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) demande à la direction des Services d’aide aux enfants et aux familles de Kinark de respecter les directives du gouvernement de l’Ontario et de redéployer les travailleurs en santé mentale sur les premières lignes de la crise de la COVID-19 au lieu d’utiliser la pandémie comme une excuse pour procéder à des mises à pied.

« Les agissements de cet employeur sont totalement irresponsables », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO. « Les Ontariens et Ontariennes ont désespérément besoin de soutien en santé mentale durant cette pandémie, mais ils n’en obtiendront pas de la part de cet employeur qui ne fait preuve d’aucun leadership. »

Le président Thomas a souligné le fait que la directrice générale de Kinark, Mme Cathy Paul, figure sur la Sunshine List des salaires les plus élevés du secteur public, avec une rémunération de 253 396 $ par année.

« On s’attendrait à un meilleur leadership de la part de quelqu’un qui gagne plus d’un quart de million de dollars par année », a déclaré Smokey Thomas. « C’est vraiment surprenant de voir ce genre de décision cruelle alors même que Kinark est entièrement financé. Alors voici la question à 253 000 $ : l’argent du contribuable ne doit-il pas aller aux travailleurs de première ligne? »

En avril, la direction a dit aux travailleurs que Kinark allait dispenser des services de santé mentale de façon virtuelle. Les membres du SEFPO à Barrie et Simcoe ont suivi une formation à cet égard le 21 avril, pour ensuite recevoir un avis de mise à pied le 24 avril.  Dans un courriel qu’elle a envoyé aux travailleurs, Mme Paul prétend qu’ils ne « pouvaient accomplir aucune de leurs tâches régulières à cause de l’état d’urgence ». L’employeur a depuis ignoré les demandes des membres de son personnel, qui sont qualifiés pour procurer des services de soutien en santé mentale en étant redéployés pour appuyer leur communauté.

Bobbie-Joe Arthurs, présidente de la section locale 355 du SEFPO, a exprimé sa frustration envers la direction de Kinark qui a refusé de collaborer avec le syndicat et ses membres.

« Notre communauté et nos clients ont besoin de services de santé mentale maintenant plus que jamais », a déclaré Bobbie-Joe Arthurs. « Cela a engendré un stress émotionnel et financier aux personnes mêmes qui sont les mieux équipées pour apporter de l’aide durant cette période sombre. D’autres employeurs du secteur de la santé mentale ont été en mesure de protéger les emplois et de redéployer le personnel – alors pourquoi pas Kinark? »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a fait remarquer qu’en plus d’offrir un salaire très élevé à Mme Paul,  Kinark paye ses directeurs et autres cadres supérieurs plus de 100 000 $ par année.

« Les dirigeants de Kinark devraient penser à réduire leurs salaires en plaqué or au lieu de sacrifier leurs travailleurs de première ligne hautement qualifiés », a déclaré Eddy Almeida. « Ces gestionnaires devraient avoir honte de se regarder dans le miroir. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931