Skip to content
hospital_professionals_opseu_french_banner.jpg

Les professionnels hospitaliers du SEFPO avertissent d’une pénurie de personnel à mesure

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un arbitre décidera des rémunérations, avantages sociaux et conditions de travail de plus de 7 000 professionnels de la santé travaillant auprès de 40 hôpitaux de l’Ontario étant donné que le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) et les hôpitaux participants, représentés par l’Association des hôpitaux de l’Ontario, ne sont pas parvenus à conclure une entente la nuit dernière à la table des négociations.

« Les Ontariens et les Ontariennes qui comptent sur des résultats plus rapides et des temps d’attente réduits  découvriront que ces objectifs risquent de ne pas être atteints en raison de problèmes existants de longue date relativement à attirer et retenir les professionnels hospitaliers qui n’ont pas été réglés, » a déclaré Yves Shank, président de l’équipe de négociation du SEFPO. « Les recherches à ce sujet faites par les hôpitaux eux-mêmes confirment cet état de faits. »

Le syndicat a exprimé sa frustration au sujet de manque de progrès avec un employeur qui avait les mains liées par son comité EGAP (le comité consultatif des hôpitaux) lors de cette ronde de négociations. Les appels adressés aussi bien au comité EGAP qu’aux représentants du gouvernement de l’Ontario ont échoué pour ce qui est  de l’amélioration du mandat des hôpitaux.

Les hôpitaux sont venus à la table en offrant nettement moins que les ententes conclues récemment avec les médecins et les infirmières et infirmiers de la province. Y compris aucune disposition au sujet de la sécurité d’emploi afin de retenir les professionnels indispensables.

Les professionnels hospitaliers comprennent toutes les professions qui fournissent des services annexes pour établir les diagnostics, les services thérapeutiques et de réhabilitation. Ils comportent les technologues de laboratoires médicaux et les technologues de radiologie médicale qui effectuent les tests nécessaires pour les médecins afin d’établir un diagnostic et de prescrire un traitement. Ce sont les pharmaciens et les techniciens de pharmacie qui s’assurent que les médicaments en doses appropriées sont administrés. Ce sont les physiothérapeutes, les diététiciens, les ergothérapeutes, les travailleurs sociaux et les autres professionnels assurant le traitement et la réhabilitation des patients afin que ces derniers soient dans un état de santé adéquat pour être renvoyés dans leur foyer.

« Le gouvernement de l’Ontario devrait travailler pour s’assurer que les exercices pour équilibrer les budgets des hôpitaux ne résultent pas dans la suppression des postes de ces membres extrêmement bien formés et essentiels à l’équipe de soins de santé des hôpitaux, » ainsi a-t-elle déclaré Patty Rout, première vice-présidente et trésorière du SEFPO. « Ces sont là un bon nombre de travailleurs à la haute formation  sur lesquels le gouvernement compte pour la reprise économique. »

Un sondage du marché du travail par l’Association des hôpitaux de l’Ontario effectué en 2007 montre qu’après les infirmiers et les infirmières, les technologues de laboratoire médical sont ceux qui composent le plus grand nombre de la catégorie d’emplois pour laquelle les hôpitaux s’attendent à une croissance des besoins en effectifs. Les diététiciens, les ergothérapeutes, les technologues des voies respiratoires, les techniciens de pharmacie sont également sur la liste des 10 emplois prioritaires de l’AHO. 

Le gouvernement de l’Ontario et les médecins de la province ont conclu une entente au mois de septembre 2008 qui prévoit des augmentations et des primes pour attirer les médecins allant de trois à sept pour cent par an sur quatre ans, selon la spécialisation des médecins. Les hôpitaux de l’Ontario et les infirmiers et infirmières ont conclu une entente au printemps de l’an dernier qui prévoit l’augmentation des salaires de ces derniers de trois pour cent cette année et d’un autre trois pour cent l’an prochain. Cette entente avec les infirmiers et infirmières prévoit aussi des améliorations significatives au sujet des avantages sociaux et des conditions de travail. Les hôpitaux sont venus à la table avec bien moins que cela afin de couvrir les coûts généraux des améliorations aux salaires, avantages sociaux et conditions de travail.

Pour de plus amples renseignements : Yves Shank  705-523-6813