opseu_mpac_impact_french.jpg

SEFPO ImpacT : Les nouvelles entreprises d'évaluation soulèvent des doutes sur l'orientation de la SÉFM

Nouvelles de l'exécutif divisionnaire à l'intention des membres du SEFPO à la SÉFM

Les nouvelles entreprises d'évaluation soulèvent des doutes sur l'orientation de la SÉFM

Ces nouvelles entreprises en ont déjà fait sourcillé plus d’un.

La création de deux nouvelles entreprises qui vendent et fournissent des logiciels d'évaluation foncière de la SÉFM à l'étranger soulève de vives inquiétudes parmi le personnel de toute la province.

Lors de la dernière réunion du Comité syndical-patronal de la SÉFM, les membres de la direction n’ont pas été très bavards pour répondre aux questions concernant Axilogic, l'entreprise de commercialisation. Et nos patrons sont également restés muets à propos de l’entreprise sans nom qui a été lancée pour servir les clients qu’Axilogic arrive à rabattre.

Voici ce que vous savons : le chef de l'innovation d’Axilogic, Chris Devadason, est l’ancien directeur de l’architecture des TI à la SÉFM. La SÉFM a approuvé, sans appel d'offres, une entente avec Axilogic permettant à cette dernière de procurer des services de commercialisation à la SÉFM. Le siège social d’Axilogic est, sur le papier au moins, situé dans les bureaux de la SÉFM à Richmond Hill.

La deuxième entreprise, une société à numéro, identifiée seulement au moyen d'un matricule, (appelons-la « Newco ») est dirigée par Antoni Wisniowski, qui était président-directeur général de la SÉFM jusqu'à avril dernier.

La raison du silence de la SÉFM? Il s’agit de deux entreprises privées, nous a-t-on répondu. En d'autres termes, ce n'est pas vos affaires!

On ne comprend pas pourquoi la SÉFM a besoin de faire des affaires avec l’une ou l'autre de ces entreprises. Nous avons déjà un service de développement des affaires qui pourrait, le cas échéant, assumer sans problèmes de nouvelles responsabilités. L’arrivée de ces nouvelles sociétés qui assument certaines fonctions au nom de la SÉFM nous rappelle étrangement ce qui s'est passé chez Ornge, le service d'ambulances aériennes de la province.  

Dès sa création en 2005, Ornge, qui est financée par le gouvernement provincial, a lancé de nouvelles sociétés. Ornge Global Air Inc., Ornge Real Estate, ainsi qu’Ornge foundation figuraient parmi ces 19 sociétés. Chacune d’entre elles, qui avait son conseil d'administration (rémunéré), avait été créée par l'ancien président-directeur général d'Ornge, Chris Mazza, pour effectuer certaines tâches. Et parmi ces tâches, il y avait la vente de l’expertise d’Ornge à l'étranger?

Tout ce stratagème complexe s’est effiloché quand un journaliste a découvert que Mazza, qui avait touché 9,3 millions de dollars sur six ans, ne figurait pas sur la « Sunshine List » la liste des employés de la fonction publique de l’Ontario les mieux rémunérés. La raison était simple : Mazza ne travaillait pas pour une institution publique, mais pour une entreprise privée.

Il est donc raisonnable de supposer que, dans le cas d'Axilogic et de la société à numéro, Devadason et Wisniowski échapperont aussi à la divulgation de leurs salaires.

Toute entreprise a besoin de capital pour s'installer et se développer. Dans le cas d'Ornge, Mazza recevait du financement du gouvernement pour ses services, mais il avait également mis en place un système au sein d’Ornge qui lui a permis d'emprunter 300 millions de dollars auprès d’investisseurs en obligations (avec le soutien de la province). La question est : qui est-ce qui finance Axilogic? Qui est-ce qui finance Newco? Est-ce la SÉFM, un autre investisseur ou plusieurs autres investisseurs?

Les membres qui siègent au Comité syndical-patronal de la SÉFM ne sont pas opposés à la vente de notre expertise à l'échelle internationale pour générer des revenus supplémentaires. Ça peut marcher, en théorie. Ce qui nous préoccupe, c'est d'avoir les ressources disponibles pour exécuter notre fonction principale : évaluer et classer les propriétés au nom des municipalités et citoyens de l'Ontario. Le manque de transparence concernant ces deux nouvelles entreprises, qui entretiennent une relation obscure avec la SÉFM, est troublant, pour dire le moins.

Lorsque de l'argent public est impliqué dans un projet, la population a le droit de savoir comment et combien.

Votre compagnie d’assurance collective a changé – vos prestations restent les mêmes

Le changement de régime d'avantages sociaux à la SÉFM, de la Standard Life à Green Shield Canada, a engendré une certaine confusion chez certains d’entre vous.

C'est tout à fait normal : dans le livret sur les avantages sociaux de Green Shield, la couverture est expliquée de manière totalement différente que dans celui de Standard Life auquel nous étions habitués. Le livret de Standard Life énumère tout ce qui était couvert par votre régime d'avantages sociaux. En revanche, le livret de Green Shield énonce ce qui n’est par couvert votre régime d'avantages sociaux. Il s'agit simplement d'un changement de terminologie. C'est la même couverture, avec une autre façon de l'expliquer. Les gestionnaires de la SÉFM l’ont confirmé au Comité patronal-syndical.

Cela étant dit, Green Shield utilise un autre ensemble de nombres pour définir « les frais habituels et raisonnables » pour certains soins médicaux, par exemple, la massothérapie. Dans ces cas, vous pouvez constater un manque à gagner – ou un bonus – de quelques dollars sur certaines demandes de règlement. Pour connaître votre remboursement pour un soin médical, vous pouvez vous rendre sur le site Web de Green Shield et soumettre une demande de règlement factice, comme vous le faites pour une détermination préalable des prestations. Pour en savoir plus et pour toute autre question, veuillez contacter Sabrina Kanji du Service des ressources humaines. Si vous estimez toujours que les prestations ne vous ont pas été remboursées correctement, veuillez déposer un grief et informer David Lynch représentant du SEFPO et co-président du Comité syndical-patronal.

Au plaisir de vous rencontrer à la Conférence des Services parapublics (SP)

Les délégués du SEFPO à la SÉFM se préparent pour la Conférence biennale des Services parapublics qui aura lieu du 23 au 25 juin à Toronto. L'ordre du jour des trois jours est le suivant. Vendredi : séance plénière d'ouverture avec tous les membres du secteur paraplic du SEFPO; samedi : réunion de la Division de la Société d'évaluation foncière des municipalités avec les mises en candidature pour deux postes à pourvoir au sein de notre exécutif divisionnaire et cinq postes à notre comité de maintien de l'équité salariale et dimanche, les élections.

La Conférence des Services parapublics est toujours une excellente occasion de rencontrer des membres du SEFPO qui font partie d'autres secteurs du syndicat et de discuter face à face avec nos collègues de la SÉFM d’un bout à l’autre de la province. Nous avons hâte de vous rencontrer à la conférence si vous êtes un délégué! Si vous n’êtes pas délégué, demandez aux délégués de votre section locale de vous faire un rapport complet quand ils reviendront au travail.

Attention aux tiques!

Cet été, protégez-vous des tiques! Si vous travaillez à l'extérieur, faites attention. Les tiques sont connues pour propager la maladie de Lyme, qui peut provoquer de « la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, de la fatigue et des éruptions cutanées rougeâtres », selon Santé publique de l'Ontario. Protégez-vous contre la maladie de Lyme.

Les tiques à pattes noires porteuses de la maladie de Lyme vivent dans les endroits boisées, les herbes hautes et les buissons et en lisière de la forêt.  Elles restent sur la végétation, près du sol, en attendant de pouvoir s'agripper à une personne ou un animal. Il y a deux décennies, les tiques à pattes noires étaient surtout localisées aux rives du lac Érié en Ontario. Depuis, elles se sont propagées dans de nombreuses régions et sont de plus en plus nombreuses dans l'Est ontarien.

Pour en savoir plus, consultez le site Web publichealthontario.ca.

Restez en contact!

Afin de pouvoir répondre rapidement à vos questions, votre équipe de négociation se partage la responsabilité de tous les bureaux de la SÉFM de la province. Si vous avez une question ou un commentaire, veuillez communiquer avec le membre de l'équipe qui est responsable de votre bureau. Communiquez avec nous par courriel à la maison ou au travail :

Everett Kelly
Goderich, Chatham, Sarnia, Windsor et Kitchener
evkelly1960@gmail.com

Paul Leslie
Pickering, Richmond Hill, Peterborough et Milner
opseu312@yahoo.com

Tom Chisholm
North Bay, Sudbury, Timmins, Sault Ste. Marie, Thunder Bay, Kenora, Fort Frances, Dryden et Pembroke
tandcind@msn.com

Mark Hotte
Cornwall, Brockville, Kingston, Trenton et Ottawa
mark_hotte@hotmail.com

David Lynch
Bracebridge, Owen Sound, Barrie, London, Hamilton, Mississauga, et Toronto
opseu409@yahoo.ca

ImpacT est une publication de la Division de la Société d'évaluation foncière des municipalités du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario. Sa distribution est autorisée par Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO.

Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario
100, chemin Lesmill, Toronto (Ontario) M3B 3P8
www.sefpo.org

 

PDF icon Download this newsletter (en anglais)