SEFPO Avis bannière

Lettre du SEFPO au ministre Hoskins au sujet de la crise en santé mentale et sur l'itinérance

Division de la sante mentale du SEFPO
Facebook
Twitter
Email

Ed Arvelin, président de la Division de la santé mentale, a envoyé la lettre ouverte suivante au Dr Eric Hoskins, ministre de la Santé et des Soins de longue durée, au sujet de la crise en santé mentale et sur l'itinérance.  


L’honorable Eric Hoskins
Ministre de la Santé et des Soins de longue durée
10e étage, Édifice Hepburn
80, rue Grosvenor
Toronto (Ontario)  M7A 2C4

Monsieur le Ministre,

Comme vous le savez, la récente vague de froid et le débat qui a suivi l'ouverture du manège militaire aux sans-abri à Toronto ont mis les questions de la santé mentale et de l’itinérance au premier plan de l’actualité. À titre de syndicat qui représente plus de 8 000 travailleurs dans les services de santé mentale et de toxicomanie en Ontario, nous sommes bien placés pour savoir que notre système de santé mentale est en crise.

Nous le savons parce que ce sont les membres du SEFPO qui procurent les soins de première ligne – dans les établissements psychiatriques et dans les services communautaires en santé mentale dans l’ensemble de l'Ontario. Alors que nos membres s'efforcent de procurer des soins de qualité optimale à leurs clients, ils ont trop souvent l’impression de nager contre le courant, sans qu’il y ait un radeau de sauvetage en vue.    

C'est la raison pour laquelle j'ai été ravi d'apprendre, la semaine dernière, votre engagement à travailler avec Toronto et d'autres communautés d’un bout à l’autre de l'Ontario afin de bâtir un système de santé mentale qui réponde aux besoins de chacun d’entre nous. Nous savons que le temps est venu d'agir et nous nous félicitons de votre regain d’attention à l’égard des soins de santé mentale.

Je vous écris aujourd'hui, en tant que président de la Division de la santé mentale du SEFPO, pour vous poser une question simple : rencontrerez-vous également les travailleurs de première ligne en santé mentale et en toxicomanie qui sont au milieu de cette crise?

Nos membres savent qu'il ne peut y avoir de solution à la crise actuelle sans une représentation et une participation active de la part de celles et de ceux qui dispensent les soins. Nos travailleurs de première ligne savent que le système d'hébergement est à bout de souffle, qu'il y a une pénurie de logements abordables et que ces problèmes sont aggravés par un manque de lits et de services de santé mentale dans nos collectivités.  

En Ontario, la désinstitutionnalisation a entrainé d'importantes compressions dans les lits de réadaptation et les lits réservés aux soins de relève dans le secteur de la santé mentale. Malgré la promesse de transférer les soins aux communautés, il existe une pénurie générale et chronique de services de soutien communautaires, de lits et de programmes spécialisés en santé mentale et en toxicomanie. Le financement de ces services n'a jamais compensé les services qui ont été perdus.

En raison de cela, notre système est confronté au problème du va-et-vient : il y a trop peu de services dans la communauté et certaines personnes ne sont pas considérées comme « assez malades » pour être admises à l'hôpital. Prises entre les deux systèmes, trop de personnes souffrent et se retrouvent à la rue.

Nous communiquons avec vous de bonne foi et dans l'espoir qu'en travaillant ensemble, nous pourrons surmonter certains des défis auxquels sont confrontées les personnes les plus vulnérables de notre société. Des vies humaines en dépendent.

Dans l’attente d’une réponse de votre part et de pouvoir engager un dialogue ouvert, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Ed Arvelin, président
Division de la santé mentale du SEFPO  

p.j.

c. : L’hon. Kathleen Wynne, première ministre
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Norm Miller, député provincial (Parry Sound-Muskoka)
Jeff Yurek, porte-parole de l'opposition (Santé), Parti progressiste-conservateur
France Gelinas, porte-parole de l'opposition (Santé), NPD