CHCP: Community Healthcare Professionals Banner - French

Mandat de grève de 94 pour cent accordé au SEFPO par le personnel des RLISS

Toronto – Après s’être heurtés à un obstacle majeur le mois dernier dans le cadre des négociations, les travailleurs de quatre des Réseaux locaux d'intégration des services de santé (RLISS) de la province ont voté à 94 pour cent en faveur d’un mandat de grève. Les négociations entre les RLISS et le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) reprendront le 15 décembre.

« Les résultats du vote nous permettent de retourner à la table déterminés à obtenir un contrat qui soit juste et raisonnable », a déclaré Julie Lenko, présidente de l’équipe de négociation centrale des RLISS pour le SEFPO. « Pour ceux et celles qui travaillent dans le secteur des soins à domicile et communautaires, le bien-être des patients est primordial; toutefois, pour bien prendre soin des patients, il est essentiel que les travailleurs de première ligne reçoivent le respect qu’ils méritent. »

C’est la première ronde de négociations pour les travailleurs des RLISS depuis que Queen’s Park a intégré les Centres d'accès aux soins communautaires (CASC) aux RLISS, en juin 2017. Le SEFPO représente plus de 600 professionnels des soins de santé communautaires employés par les RLISS de quatre régions : Hamilton Niagara Haldimant Brant, Centre-Est, Simcoe Nord Muskoka et Nord-Est.

En dépit des nombreuses promesses du ministère de la Santé et des Soins de longue durée disant que la transition serait facile, la réalité à la table de négociation est toute autre, selon Madame Lenko. 

« Nous sommes arrivés à la table prêts à négocier de bonne foi des revendications de base relatives aux salaires, avantages sociaux et mises à pied, afin de protéger nos membres maintenant que la transition est terminée et compte tenu de changements supplémentaires auxquels nous pouvons nous attendre dans l'avenir », a dit Madame Lenko. « Les demandes que nous avons soumises reposent sur des modèles de rémunération existants et sur les normes de l'industrie. »

« Non seulement l’employeur a-t-il fait la sourde oreille, mais en plus, il cherche à supprimer les protections et prestations que nous possédons actuellement », a-t-elle ajouté. « Si l’employeur s’entête à rejeter ces revendications raisonnables, nos membres n’hésiteront pas à passer à l'action; ils nous l’ont dit clairement. »

« Avec un mandat de grève sur la table, il est temps que les RLISS prennent ces négociations plus au sérieux », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Notre objectif est le même qu’il a toujours été, soit celui d’améliorer les conditions de travail des personnes aux premières lignes des soins. Il est temps que les RLISS fassent leur part. »

Pour plus d’information : Julie Lenko, 289-439-1396