Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO cherche un remède à la crise correctionnelle dans le budget

Toronto – La veille du dépôt du Budget 2018 au gouvernement de l’Ontario, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, est allé à Queen’s Park pour marteler le besoin critique d’investir en gros et vite dans le système correctionnel chancelant de la province.

« Si ce gouvernement n’investit pas sérieusement pour résoudre la crise correctionnelle, personne ne pourra se sentir en sécurité en Ontario, pas le personnel, pas les détenus et pas les familles dans les communautés de toute la province », a dit Monsieur Thomas.

Le président du SEFPO s’est adressé aux médias relativement à l’état du système correctionnel à la lumière du Projet de loi 6, la Loi de 2018 sur la transformation des services correctionnels, et en prévision du budget provincial. Chris Jackel, président de l’équipe de négociation des Services correctionnels, accompagnait le président.

L’Unité de négociation des Services correctionnels est désormais une unité de négociation autonome à l’intérieur du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO). En tant que telle, l’équipe négocie une première convention collective autonome avec le gouvernement.

« Ce gouvernement prétend résoudre la crise dans les services correctionnels », a déclaré Monsieur Jackel. « En réalité, ils ne font guère autre chose que d’en parler. En tant que travailleurs de première ligne dans les établissements et bureaux de probation et de libération conditionnelle, nous voyons bien les énormes lacunes.

« Si le gouvernement est sérieux quand il parle de changements transformationnels », continue-t-il, « alors il doit écouter les travailleurs aux premières lignes et investir de manière appréciable. Demain, dans toute la province, nous regarderons et parlerons aux médias locaux de la façon dont le gouvernement s’occupe des services correctionnels. »

Monsieur Thomas a fait remarquer que le récent Discours du trône ne faisait aucune mention des services correctionnels. « C'est là que le gouvernement établit ses priorités. Ainsi, le fait qu’il n’y ait rien sur les services correctionnels est une bonne indication de l’importance qu’il leur attribue. »

« En fait, et je veux le dire à ce gouvernement,  réparer le système correctionnel est d'une importance vitale. C’est important pour les travailleurs correctionnels, les détenus et les communautés. Parce que des vies sont en jeu, leur vie.

« Si ce gouvernement veut éviter une tragédie de plus », a ajouté Monsieur Thomas, « il faut qu’il investisse dans ses ressources humaines, il faut qu’il investisse dans la formation, la santé et la sécurité, et il faut qu’il investisse dans l’infrastructure. Parce que sans argent pour transformer le système, la transformation des services correctionnels n'est qu’utopie. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Chris Jackel, 1-800-268-7376, poste 7415