Skip to content
health_and_safety.jpg

Le SEFPO fait de gros progrès pour prévenir la violence au travail à CAMH

Division de la sante mentale du SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 4 juillet dernier, la section locale 500 du SEFPO a invité le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) et le syndicat à un barbecue, dans le cadre duquel la présidente de la section locale du SEFPO, Nancy Pridham, la présidente de la section locale 054 de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (AIIO), Danielle Larmand, et la Dr Catherine Zahn, PDG chez CAMH, ont distribué un parchemin dressant la liste des accomplissements réalisés au cours de l’année pour prévenir la violence au travail. Ceux-ci incluent :

  • un nouveau Comité de prévention de la violence au travail présidé par la Dr Zahn, avec les présidentes de section locale du SEFPO et de l’AIIO, ainsi que des agents de santé et de sécurité du syndicat;
  • des enseignes mentionnant une tolérance zéro au niveau de la violence au travail, affichées partout dans l’organisation;
  • des alarmes personnelles en bon état pour le personnel;
  • de nouveaux services d’aide psychologique gratuits sur place pour le personnel de CAMH;
  • un nouveau programme d’acquisition de compétences à l’intention des superviseurs, piloté et fourni conjointement par les syndicats et l’employeur (28 jours de formation d’octobre 2018 à avril 2019);
  • des comités mixtes sur la santé et la sécurité hautement visibles formés et engagés, comptant davantage de membres agréés, et reconnus par CAMH;
  • un nouveau programme de formation en désescalade de la violence tenant compte des traumatismes, pour assurer la sécurité et la protection des travailleurs, développé conjointement avec des présidents de syndicat et des agents de sécurité centraux, qui sera lancé cet automne;
  • un deuxième centre de bien-être, qui, avec le premier, offre 17 classes d’exercices en groupe par semaine, ainsi que des salles thérapeutiques à utiliser en cas d’incidents traumatisants et graves; et
  • l’évaluation des risques extérieurs pour trois unités de soins très aigus, qui a permis de fournir 90 recommandations à mettre en œuvre dans ces unités et partout à travers CAMH.

Mme Pridham a caractérisé les efforts de prévention de la violence au travail de CAMH de « historiques, positifs et prometteurs ». Elle a déclaré que le changement était énorme depuis que CAMH avait plaidé coupable, le 16 juillet 2016, et reçu une amende de 80 000 $ après qu’un patient ait agressé une infirmière patrouillant seule l’étage pendant son quart de nuit.

Des attaques plus graves ont été enregistrées dans la dernière partie de 2016. Après les attaques de l’automne, mesdames Pridham et Larmand ont entamé une campagne visant à mettre fin à la violence.

Elles ont rencontré Kevin Flynn, alors ministre du Travail, en octobre 2016. Avec près de 70 ans de service entre elles, les présidentes de section locale ont décrit la violence au travail à laquelle leurs membres faisaient face jour après jour et discuté de leurs propres efforts pour faire en sorte que CAMH s’engage à prévenir la violence au travail.

Suite à la réunion, les sections locales et les membres du SEFPO et de l’AIIO ont fait le piquet devant leur lieu de travail et dans le cadre d’une conférence de l’employeur, et ont développé et envoyé une pétition au Conseil des administrateurs exigeant que des mesures soient prises pour la sécurité des travailleurs.

Toutes ces activités ont attiré l’attention de la PDG. Après des entretiens préliminaires avec les deux syndicats, la Dr Zahn a réuni ses cadres supérieurs et a mis CAMH sur la bonne voie pour agir en ce qui concerne la violence au travail.

Un an peut faire une grosse différence. Pendant ce temps, 10 réunions du Comité sur la violence au travail ont été conduites. De nombreuses améliorations sont déjà en place, et bien d’autres sont en route. Le but est de rendre le milieu de travail plus sûr et plus sain pour tout le monde.

Les syndicats et l’employeur ne sont peut-être encore pas toujours d’accord sur tout, mais la différence est que des efforts sont déployés et du temps est réservé pour trouver des solutions constructives qui nous mettent sur le droit chemin.

Nous nous ferons un plaisir de vous présenter ces progrès dans le cadre de la sixième conférence annuelle sur la violence dans le secteur de la santé, qui aura lieu au Holiday Inn de l’aéroport de Toronto, du 24 au 26 octobre 2018.

image_2.jpg

Danielle Larmand, de la section locale 054 de l’AIIO, eet Nancy Pridham, de la section locale 500 du SEFPO