Skip to content

SEFPO : L'incompétence des gestionnaires a mené à l'éclosion à l'Institut correctionnel de l'Ontario à Brampton

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, exige que le ministère du Solliciteur général sévisse envers le genre de pratiques de gestion non-transparentes qui ont conduit à la flambée de COVID-19 et à la fermeture temporaire de l’Institut correctionnel de l’Ontario (ICO) à Brampton – une prison qui est pourtant primée.

« Il s’agit d’incompétence pure et simple de la part des gestionnaires », a déclaré le président Thomas. « Depuis des semaines, les dirigeants de nos prisons n’ont pas tenu compte des directives des responsables de la santé publique, ni du savoir-faire des travailleurs de première ligne qui veulent garder nos prisons aussi sécuritaires que possible. » 

« Résultat? Plus de 60 détenus et huit employés de l’ICO ont été testés positifs à la COVID-19 et la prison est désormais fermée temporairement. »

Le président Thomas a déclaré que cette situation est imputable au sommet de la structure de gestion du ministère.

« Le ministère du Solliciteur général de l’Ontario a la responsabilité d’assurer la sécurité des travailleurs correctionnels et des détenus. Le ministère a échoué lamentablement », a déclaré le président Thomas.

Tous les agents correctionnels et les détenus de l’ICO seront transférés temporairement au Centre de détention du Sud de Toronto.

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, qui est lui-même un agent des services correctionnels, a déclaré que l’attitude de la direction de l’ICO à Brampton qui consistait « à s’en tenir à la routine » a entraîné une catastrophe.

« Je suis navré qu’il y ait tant de gens malades à l’ICO et révolté de voir que les préoccupations du personnel de première ligne ont été ignorées pendant si longtemps », a déclaré Eddy Almeida. « Les travailleurs de la prison pressentaient le danger depuis quelques semaines, mais leurs dirigeants, assis en toute sécurité dans leur foyer, n’ont rien fait. Et pire encore, ils ont gardé le silence. »

Depuis le début de la pandémie, les dirigeants de la section locale du SEFPO à l’ICO exhortaient les responsables du ministère à prendre des mesures significatives pour faire respecter la distanciation physique. Mais jusqu’au 16 avril, la plupart de leurs demandes ont été ignorées et les détenus pouvaient encore participer aux programmes, faire de l’exercice et manger ensemble, en groupes. 

« Les membres du SEFPO qui travaillent dans ces établissements font tout leur possible pour lutter contre la pandémie », a ajouté Eddy Almeida. « Ils ne devraient pas avoir à lutter contre des gestionnaires qui n’écoutent pas et ne transmettent pas l’information essentielle.  Nous leur demandons de faire mieux. Les hauts fonctionnaires devraient donner l’exemple. La société s’attend à mieux et mérite mieux. »

Renseignements : 
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931