Skip to content

Les membres du SEFPO demandent la réintégration du Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

Warren (Smokey) Thomas, OPSEU President
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a fait la déclaration suivante aujourd’hui 20 novembre pour marquer la Journée nationale de l’enfant.

Chers amis,

En décidant d’abolir le poste d’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes, le nouveau gouvernement Ford tourne le dos aux enfants et aux jeunes de cette province, et il devrait immédiatement faire marche arrière.

Il y a de cela vingt-huit ans, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Convention relative aux droits de l’enfant. Dans cette convention, « le monde a fait une promesse aux enfants : que nous ferions tout notre possible pour protéger et promouvoir leurs droits de survivre et de se développer, d’apprendre et de s’épanouir, de faire entendre leur voix et d’atteindre leur plein potentiel ».

Le 20 novembre, le SEFPO reconnaît les préposés à la protection de l’enfance, les travailleurs en traitement des enfants et les travailleurs en santé mentale infantile qui ont déployé des efforts énormes pour améliorer la vie des enfants ontariens qui vivent dans des circonstances de plus en plus difficiles.

L’annonce faite ce mois-ci d’éliminer le premier intervenant en faveur des enfants et des jeunes de l’Ontario signifie que nos enfants et jeunes vulnérables n’auront plus la capacité d’être entendus. Les jeunes métis et autochtones, les enfants et les jeunes confiés aux soins de la société d’aide à l’enfance, ceux qui ont des démêlés avec notre système de justice pour les jeunes, ceux qui vivent avec une déficience intellectuelle et ceux qui reçoivent des services de santé mentale n’auront plus d’intervenant indépendant vers qui se tourner lorsque le système leur fait défaut. Avec le gouvernement Ford qui rend encore plus difficile la vie des parents à faible revenu, les enfants de l’Ontario continueront d’être frappés par les inégalités. La pauvreté structurelle des enfants demeure élevée, avec un enfant et jeune sur six de moins de 18 ans qui vit dans la pauvreté.

Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement Ford s’est mis à attaquer de manière sélective les travailleurs en mettant en œuvre toute une série de changements régressifs et destructeurs. Le gouvernement a :

  • réduit de 22,7 millions de dollars les subventions de garde d’enfants pour les familles à faible revenu pour 2019;
  • remplacé l’augmentation prévue de trois pour cent au programme Ontario au travail (OT) et au Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH) par une augmentation de 1,5 pour cent;
  • plafonné le salaire horaire minimum à 14 $ alors qu’il devait passer à 15 $;
  • suspendu une augmentation de 33 pour cent pour les centres d’aide aux victimes de viol, qu’il risque d’éliminer;
  • retiré 335 millions de dollars des services de santé mentale;
  • abrogé les amendements à la Loi sur les relations de travail qui facilitaient la syndicalisation des travailleurs de certains secteurs, annulé deux jours de congé de maladie payés et 10 jours de congé d’urgence personnelle, éliminé l’équité salariale pour les travailleurs à temps partiel et occasionnels; et
  • annulé une approche universelle à l’assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes de moins de 25 ans.

Les actions de ce gouvernement ébranlent le tissu même de notre société, attaquant les valeurs fondamentales d’altruisme, de responsabilité collective, d’universalité et de compassion. Sans ces valeurs, comment parviendrons-nous à assurer le bien-être de tous nos enfants et de tous nos jeunes?

Ce n’est un secret pour personne que nous sommes plus riches que jamais, mais nous sommes aussi une société plus inégale que jamais. Le gouvernement ne cesse de couper dans les recettes gouvernementales pour engraisser les riches et les sociétés privées. L’Ontario n’a pas de problème de dépenses. Notre problème est un problème de recettes. Rien ne justifie de ne pas investir dans la réussite de tous nos enfants et jeunes en mettant à leur disposition des services sociaux publics de qualité qui sont stables. 

Les travailleurs engagés à améliorer la vie de tous les enfants de l’Ontario avertissent ce gouvernement aujourd’hui même, un Ontario différent est possible! Nous nous engageons à travailler avec nos partenaires et dans nos communautés pour bâtir une société où tous les enfants ont l’occasion de prospérer et de rêver. Je tiens à remercier de leur professionnalisme, compassion et dévouement chaque travailleur qui aide les enfants en Ontario.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario