Skip to content
lbed_opseu_french_banner.jpg

Un autre franc succès pour le neuvième piquet d’information anti-privatisation des membres du SEFPO à Mississauga

Appuyez vos services publics. Achetez à la LCBO. SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les membres du SEFPO qui travaillent à la LCBO ont continué leur campagne de lutte contre la privatisation et tenu un autre piquet d'information à Mississauga, le 21 octobre dernier. Ce piquet était organisé dans le cadre de la campagne du syndicat contre l'élargissement de la vente d'alcool aux épiceries.

D’autres activistes de la campagne du SEFPO, Ça nous appartient, ainsi que plusieurs membres de haut rang du SEFPO, étaient également sur place pour prêter main-forte aux travailleurs de la LCBO.

« C'est formidable de voir qu’un si grand nombre de gens appuient notre campagne, a déclaré Judy Irving », la présidente de la section locale 288. Malgré une blessure au dos et une pluie battante, Judy Irving a absolument voulu tenir le piquet d'information de sa section locale.

1.jpg

Les membres ont bravé le temps froid et pluvieux durant leur piquet d’information à Mississauga, le 21 octobre dernier.

« Je devrais être au lit afin de me reposer, mais l’envie d’être là est plus forte que la douleur. Cette campagne est importante pour les 7 500 membres du SEFPO qui travaillent à la LCBO, ainsi que pour tous les Ontariens et Ontariennes. Il est important de dire à nos clients qu'ils sont propriétaires de la LCBO et que la première ministre Kathleen Wynne n’a pas été élue pour la brader. Nous voulons également que le public sache que le dividende que la LCBO verse à la province sert à financer d'importants services publics tels que les routes et les écoles. »

4.jpg

Le groupe pose devant la banderole « Achetez à la LCBO ».

Tout au long de cette campagne, il est devenu clair que la population ontarienne désapprouve la décision du gouvernement libéral de l'Ontario de libéraliser la vente d'alcool. Les Ontariens et Ontariennes s’inquiètent du fait que la privatisation pourrait faire perdre des millions de dollars de revenus à la province. En fait, la LCBO a déjà annoncé que la vente d’alcool dans les épiceries pourrait se traduire par une baisse de 20 pour cent de ses revenus.

img_20161021_162954_hdr.jpg

Heureusement qu’on avait les ponchos du SEFPO.

Un des motifs de préoccupation principaux de cette privatisation est que les recettes qui allaient, jusqu'à présent, directement dans les coffres de la province pour financer les services publics, iront désormais dans la poche des détaillants privés. En plus des pertes de revenus, cet élargissement du marché de détail de l'alcool constitue également une menace pour la vente socialement responsable de l’alcool qui est la pierre angulaire du système de vente au détail de l’Ontario. Comme l’a déclaré Denise Davis, la présidente de la LBED :« C'est tout simplement une mauvaise politique publique. »