Skip to content
opseu_in_the_news_fr.jpeg

Les membres du SEFPO disent que les enfants autistes ont besoin de services maintenant

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le rassemblement, jeudi dernier à Ottawa, organisé par des membres du SEFPO pour soutenir les services liés à l’autisme, s’est mérité une large couverture médiatique.

Global News, The Ottawa Citizen et News1310 ont parlé du rassemblement organisé par la section locale 474 du SEFPO. Environ trois douzaines de protestataires étaient présents pour communiquer au gouvernement Ford que le traitement de l’autisme fait partie des soins de santé et qu’il devrait être couvert par le RAMO.

« L’autisme est un trouble neurologique et devrait être traité comme n’importe quelle autre maladie », a déclaré Shaun Reid, président de la section locale 474. « L’autisme est une maladie présente pour la vie et les enfants autistes doivent constamment avoir accès à des services publics de grande qualité quand ils sont jeunes, de façon à pouvoir avoir un avenir prometteur une fois adultes. »

En février dernier, le gouvernement Ford a modifié le financement au Programme ontarien des services en matière d’autisme en prenant de l’argent des organismes régionaux pour verser des sommes limitées directement aux parents qui, pour la plupart, estiment que ces sommes ne couvriront pas le coût du traitement de l’autisme.

« Les ministères de la Santé et de l’Éducation doivent aussi rejoindre le ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires pour administrer les services publics liés à l’autisme », a déclaré M. Reid. « Les enfants autistes n’ont pas seulement besoin de soins de santé, ils ont aussi besoin des services d’aide-enseignants et de thérapeutes comportementaux en classe. »

Le mois dernier, le gouvernement Ford a fait marche arrière et déclaré qu’il adopterait une nouvelle approche en ce qui concerne le programme des services en matière d’autisme. Mais les détails sont vagues et le nouveau plan d’intervention en autisme ne sera pas mis en œuvre avant avril 2020.

« Les enfants autistes ne peuvent se permettre d’attendre aussi longtemps pour recevoir un traitement », a ajouté M. Reid. « Ils ont besoin de services publics liés à l’autisme maintenant. »