Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Crise dans les Services correctionnels : « Finissez ce que vous avez commencé », dit le SEFPO

Toronto – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) somme le gouvernement d’honorer son engagement à mettre fin à la crise persistante dans le système correctionnel de l'Ontario.

Le gouvernement et les travailleurs correctionnels représentés par le SEFPO ont signé une convention collective importante en janvier dernier, avec l’ancien ministre des Services correctionnels Yasir Naqvi promettant une « transformation ». Le SEFPO avait présenté à Monsieur Naqvi une liste exhaustive de mesures à prendre pour désamorcer la crise, notamment :

  • Embauche et formation de centaines d’agents correctionnels à temps plein et à durée fixe
  • Embauche de personnel de correction auxiliaire, notamment des infirmières et des travailleurs en santé mentale
  • Construction, réparation et adaptation des infrastructures pour alléger le problème de surpopulation chronique
  • Installation de scanners corporels et création d’installations séparées pour les détenus intermittents
  • Formation des agents sur la façon de traiter les détenus vivant avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie

Monte Vieselmeyer, président de la Division des services correctionnels du SEFPO, a dit qu’il était confiant que le gouvernement donnerait suite à ses promesses, mais qu’il ne relâchait pas sa vigilance.

« Le ministre Naqvi avait compris que la crise que nous vivons et dont nous parlons depuis des années est bien réelle et qu’elle s’aggrave de jour en jour. Et certaines améliorations ont déjà été apportées. De nouvelles recrues sont formées et embauchées et des scanners corporels sont installés. Nous avons vu la construction d’un centre régional pour les détenus intermittents dans les installations d’Elgin-Middlesex.

« Bien d’autres choses ont toutefois besoin d’une attention immédiate », a déclaré Monsieur Vieselmeyer, « et plus particulièrement la construction de nouvelles infrastructures ». Il suffit de penser à la prison de Thunder Bay, qui est largement surpeuplée et en décrépitude. »

Scott McIntyre, président du comité de santé et de sécurité pour bureaux de probation et de libération conditionnelle, a ses propres inquiétudes. « Nous réclamons des détecteurs de métal et des salles d’entrevue plus sécuritaires depuis des années maintenant. Et nous attendons toujours. Avec la recrudescence des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, notre sécurité personnelle est en jeu. »

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a déclaré qu’après de longues années de pressions pour encourager le gouvernement à tenir compte de la crise dans les services correctionnels, les libéraux ont finalement prêté l’oreille et agi.

« J’ai eu de bonnes conversations avec David Orazietti (ministre des Services correctionnels), et il a saisi la gravité des choses. Les changements dans les services correctionnels sont difficiles à faire accepter. Il aura de la peine à mettre son cabinet de notre côté. Mais je crois qu’il a la volonté d'obtenir le financement important nécessaire à la réparation d’un système vraiment mal en point.

« Je suis extrêmement fier de nos travailleurs correctionnels », a ajouté Monsieur Thomas, « et plus particulièrement de leurs professionnalisme et dévouement indéfectibles visant à assurer la sécurité de nos collectivités en dépit de la crise. Nous sommes très reconnaissants de leurs efforts héroïques pour maintenir à flot un système sur le point de couler. »

Pour plus d’information : Monte Vieselmeyer, 705-627-1942

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise