Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président du SEFPO appuie la réponse globale à l'austérité et à la privatisation

HSU Secretary Gerard Hayes and OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Sydney, Australie – Warren (Smokey) Thomas s’est adressé hier à des centaines de syndicalistes en Nouvelle-Galles du Sud, Australie, et a exhorté les syndicats du monde entier à redoubler d’efforts pour lutter contre l'austérité et la privatisation à l’échelle internationale.

Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) s’est adressé à quelque 300 délégués du Syndicat des services de santé de la Nouvelle-Galles du Sud/Territoire de la capitale australienne (HSU) après que le Secrétaire du HSU, Gerard Hayes, se soit lui-même dressé au Congrès du SEFPO, en avril dernier.

HSU Secretary Gerard Hayes and OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Gerard Hayes (à gauche), secrétaire du HSU, accompagné de Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO

Monsieur Thomas a observé des similarités troublantes entre le programme d’austérité du parti libéral de droite australien et celui de notre gouvernement libéral, ici en Ontario. « Nos deux gouvernements s’évertuent à vendre les biens publics à leurs acolytes des grandes sociétés au détriment des services publics dont bénéficient les citoyens ordinaires comme vous et moi et de leur qualité de vie », a déclaré Monsieur Thomas.

Il a ajouté que le SEFPO et le HSU luttent pour le bien général, mentionnant que les syndiqués ne profitent pas d’une société où les services publics manquent cruellement de fonds et sont privatisés, et où l'écart entre les riches et les pauvres continue de se creuser.

« L’attaque contre nos services publics est une attaque contre chaque individu, avec le plus vulnérable étant le plus durement touché », a dit Monsieur Thomas aux délégués. « La globalisation signifie qu’aucun pays sur terre n’est à l’abri des réductions aux services publics, des mesures de l’austérité, de la privatisation et de l’inégalité croissante des revenus.

« Les gens ordinaires en ont assez de l’élite du secteur privé et de l’élite politique », a fait remarquer Monsieur Thomas. « Ils ripostent maintenant. Ils se font entendre. Ils regardent ce qui les entourent et disent : Ça nous appartient! »

Le président du SEFPO a conclu en demandant aux syndicats du monde entier de créer et de renforcer leurs liens les uns avec les autres, à l’échelle nationale et internationale, citant l’échange SEFPO/HSU comme exemple.

« Une crise globale exige une réponse globale », a affirmé Monsieur Thomas. « Nous sommes plus forts quand nous partageons nos connaissances et nos pratiques exemplaires. Nous sommes plus efficaces quand nous unissons nos voix. »

Fondé en 1991, le HSU compte environ 70 000 membres dans le secteur des soins de santé et de l’aide sociale à travers l’Australie. Le SEFPO représente plus de 130 000 fonctionnaires en Ontario.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931