Le président de l'OPSEU/SEFPO demande au député provincial Downey d’intervenir dans les attaques contre les travailleurs syndiqués de LifeLabs

Facebook
Twitter
Email

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande au député provincial Doug Downey de mettre fin aux tactiques antisyndicalistes de la société LifeLabs, qui nuisent à la qualité des soins offerts aux résidents du comté de Simcoe.

Vendredi dernier, suite aux mauvais traitements de la direction de LifeLabs infligés à ses travailleurs des soins de santé syndiqués du comté de Simcoe, notamment le refus de leur verser les primes et incitatifs qu’elle offre à ses employés non syndiqués, le syndicat a érigé une ligne de piquetage devant les bureaux de M. Downey, à Barrie.

« Il est honteux que la société LifeLabs soit disposée à sacrifier les soins de santé dans le comté de Simcoe pour se débarrasser du syndicat », a déclaré M. Thomas. « Les travailleurs de première ligne de la santé méritent mieux que cela, tout comme les résidents du comté de Simcoe. »

La crise du recrutement et du maintien en poste chez LifeLabs dans le comté de Simcoe a entraîné de longues files d’attente dans les cliniques, la fermeture de certains emplacements et la violence verbale et physique de membres du public contre le personnel. Dans une note de service décrivant les améliorations apportées à leur régime de rémunération, visant à fidéliser les employés et à attirer de nouveaux employés, Jennifer Cudlipp, chef de l’exploitation chez LifeLabs, a déclaré que l’augmentation salariale et les primes ne seraient accordées qu’au personnel non syndiqué.

Renee Aiken Kearsley, présidente de la section locale 389 de l’OPSEU/SEFPO, a souligné que de nombreux membres du personnel de première ligne ont quitté la clinique pour cause de stress mental et de manque de soutien de la direction.

« Nos membres, comme tous les travailleurs aux premières lignes de la santé, font face à de lourdes charges de travail pour répondre à la demande croissante de soins pendant cette pandémie », a déclaré Mme Kearsley. « Il est démoralisant de voir qu’au lieu de soutenir ces employés, l’employeur leur manque de respect et les sous-estime. »

Monsieur Thomas a ajouté que LifeLabs a à plusieurs reprises pendant la pandémie compromis la qualité des soins en faveur de son programme antisyndicaliste, ayant précédemment ouvert un centre d’évaluation de la COVID-19 sans passer par le syndicat, en le dotant de travailleurs temporaires non qualifiés.

« Les attaques de LifeLabs contre les travailleurs syndiqués sont injustes et irresponsables », a déclaré M. Thomas. « Ça suffit! Les actions antisyndicales ne devraient jamais passer avant la santé des Ontariens. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931; OPSEUCommunications@opseu.org