Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le secret entourant l'entrepôt du cannabis soulève des questions sur ce que Ford a d’autre à cacher, selon le président du SEFPO

President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Alors que le gouvernement Ford continue de cacher tous les détails de l’entente secrète sur la privatisation de l’entrepôt où la province stocke le cannabis, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande aux conservateurs ce qu’ils cachent d’autre à la population.

« L’entrepôt est l’endroit que toute le monde cherche », a déclaré le président Thomas. « Ford se vantait qu’il allait inaugurer une nouvelle ère d’ouverture et de transparence, mais le scandale de l’entrepôt du cannabis nous montre que ces fanfaronnades ne sont que des fausses nouvelles. »

« Il s’agit d’un très gros contrat qui a été accordé à une entreprise toujours inconnue. Refuser de procurer ces informations est un affront à la population, tout comme leur geste irresponsable de privatiser toute l’industrie du cannabis », a déclaré le président Thomas. « Favoritisme. Corruption. Dissimulation. Peu importe les mots employés, une chose est sûre : les ententes secrètes ne sont pas dans le meilleur intérêt de la population. Et on est en droit de se demander “quelles autres tractations secrètes ils nous cachent?” »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a remis en question l’affirmation du gouvernement selon laquelle le secret est nécessaire.

« C’est censé être une activité légitime. S’ils sont inquiets à propos des vols, ils doivent mettre en place une sécurité absolue au lieu de continuer à garder des secrets », a indiqué Eduardo (Eddy) Almeida. « Ford nous disait que “l’aide arrivait”, mais qui aide-t-il vraiment? Quelle est cette entreprise qui a décroché le contrat? Qui est le propriétaire de l’entreprise? Quel est le montant du contrat? Quelle en est la durée?

« Il s’agit d’informations factuelles que les Ontariens ont le droit de connaître. Il est scandaleux que les conservateurs continuent à nous les cacher. C’est encore pire quand ils traitent “d’idiots” les personnes qui demandent simplement plus de transparence et de reddition de comptes. »

Le président Thomas a ajouté que cette culture du secret ne fait qu’accroître l’anxiété des Ontariens qui s’inquiètent de l’approche irresponsable du gouvernement relativement à la légalisation du cannabis.

« C’est le plus grand changement de politique publique que nous avons connu depuis des générations », a conclu le président Thomas. « Les gens s’inquiètent pour la sécurité dans leurs communautés et pour la santé de leurs enfants. Et le secret et le scandale ne les rassurent pas. Nous avons besoin d’un plan de vente du cannabis ouvert, transparent et responsable. » 

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931