Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président du SEFPO soucieux des propositions de réductions au régime de retraite OMERS

omers-logo-featured-image.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a averti les dirigeants du Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS), leur disant qu’ils pourraient s’attendre à une riposte s’ils précipitent des modifications inutiles au régime de retraite, qui feront que les membres paient plus pour moins.

« Le Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS) est en bonne santé financière et promet une retraite digne aux milliers d’Ontariens qui y ont cotisé toute leur carrière », a déclaré Monsieur Thomas. « Nous ne voyons aucune raison de réduire la taille des pensions ou d’augmenter les cotisations. Nous nous battrons contre toute proposition visant l’une ou l’autre de ces propositions. »

Plus tôt ce printemps, le Comité de liaison du régime du SEFPO (CLR) et des représentants d’autres syndicats participants étaient invités à prendre part à l’examen exhaustif du régime entrepris par OMERS, le responsable du régime.

Les membres du CLR ont été surpris d’entendre les recommandations d’OMERS, qui incluaient un certain nombre de concessions « sérieuses » à faire d’ici l’automne, soit dans un délai « extrêmement » court.

Les membres du CLR se sont également dits frustrés par le manque d’exemples spécifiques de la façon dont les pensions des membres seraient affectées dans l’avenir et d’informations actuarielles justifiant les concessions.

La position financière d’OMERS continue de s’améliorer. Le rendement des placements d’OMERS représentait 11,5 pour cent net des dépenses en 2017 et 10,3 pour cent en 2016. Les placements du régime ont donc un bon rendement.

« À titre de membres du régime, nous avons la responsabilité de veiller à la santé financière du régime, nous le savons », a encore dit Monsieur Thomas. « Mais nous n’allons pas nous laisser embarquer à la va-vite dans des concessions majeures, et plus particulièrement quand de telles concessions ne sont accompagnées d’aucune solution de rechange, et pire encore, d’aucune preuve de leur nécessité. »

OMERS ne peut unilatéralement adopter les recommandations qu’il propose; celles-ci doivent être approuvées par la Société d’administration d’OMERS (SAO). Le SEFPO et les autres syndicats participants ont des sièges avec droit de vote dans les deux conseils qui gouvernent OMERS.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO : 613-329-1931