Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président du SEFPO ne compte guère sur les nouvelles promesses du gouvernement aux familles d’enfants autistes

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas speaking into a microphone in front of an Ontario flag.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Même s’il reste sceptique, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, est ravi d’apprendre que le gouvernement Ford a promis de concevoir et mettre en œuvre un programme de services aux enfants autistes « axés sur les besoins ».
 
« Dès le début de sa campagne, Doug Ford a fait un tas de promesses extravagantes… pas de mises à pied, pas de compressions des programmes, pas de déficit. Mais ces promesses se sont toutes avérées aussi vides qu’un nid d’oiseau en plein mois de décembre », a déclaré M. Thomas. « Et maintenant, nous avons un nouveau ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires, Todd Smith, qui nous promet que son nouveau programme de services aux enfants autistes sera entièrement axé sur les besoins. Mais tout semble indiquer que ces services continueront d’être axés sur un modèle privatisé de rémunération à l’acte. »
 
« Nous avons un nouveau ministre, oui, mais il semble que les familles d’enfants autistes soient coincées avec le même vieux programme dépassé », a ajouté M. Thomas. « Aussi, l’annonce faite aujourd’hui ne dit rien à propos d’une éventuelle réembauche des travailleurs des services liés à l’autisme qui ont été mis à pied ou des services de qualité sur lesquels les familles d’enfants autistes pourront compter dans l’avenir. »
 
« J’ai bien peur que tout ça ne soit qu’une autre promesse vide de M. Ford. »
 
Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a dit que la promesse du ministre Smith de maintenir le financement de 600 millions de dollars auquel s’était engagée Lisa MacLeod, la ministre précédente, n’est pas aussi belle qu’elle paraît.
 
« Investir dans les services liés à l’autisme est important, mais il est tout aussi important de s’assurer que les fonds investis soient utilisés à bon escient », a déclaré M. Almeida. « Vu que le nouveau ministre n’a pas fourni de détails autres que d’ajouter la formule « axés sur les besoins » aussi souvent qu’il a pu, je crains qu’il ne suive le même vieux chemin de la privatisation des services aux enfants autistes et le modèle de rémunération à l’acte, forçant les familles à consacrer beaucoup de temps et d’efforts à rechercher des thérapeutes et fournisseurs de services décents et abordables. »

Monsieur Thomas a dit que si le gouvernement voulait vraiment fournir des services aux enfants autistes qui sont axés sur les besoins, il les intégrerait dans le système des soins de santé.
 
« Si vous avez besoin d’une transplantation cardiaque en Ontario, vous en obtenez une. On n’attend pas de voir si le ministère de la Santé peut se permettre financièrement de vous opérer », a encore dit M. Thomas.  « Il devait en être de même pour les services aux enfants autistes. Si votre enfant autiste a besoin de services publics professionnels, c’est ce qu’il devrait obtenir. Pas de si et de mais ou de considérations budgétaires à ce propos. »

Renseignements :
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931