Skip to content

Le président du SEFPO demande un leadership plus fort de la part des experts en chef de la santé

Warren (Smokey) Thomas in a blue suit standing at a podiu
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande un leadership plus fort de la part de la Dre Theresa Tam et du Dr David Williams dans la gestion de la crise de la COVID-19.  

« Les Canadiens ont maintenant besoin qu’on leur dise la vérité », a déclaré le président Thomas. « La communication des experts en chef de la santé publique est une litanie de messages contradictoires et confus, qui démontre un manque réel de leadership. » 

Après une série de conférences de presse politiques et médicales dirigées par l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Tam, et le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Williams, les Canadiens hochent la tête en se demandant quelle est la véritable menace que la COVID-19 représente pour eux et leurs proches.  

« Des précédentes déclarations de la Dre Tam qui disait que la transmission de personne à personne était impossible, qui insistait pour affirmer qu’il n’y avait pas besoin de fermer les frontières ni d’isoler les visiteurs qui arrivaient au pays jusqu’au manque total de préparation – la gestion de cette pandémie a été une parodie. » 

Depuis que la COVID-19 a été qualifiée de pandémie, les nombreux messages contradictoires des experts en chef de la santé du pays, sur la façon de se protéger adéquatement du virus, ont engendré une grande anxiété et peur chez les Canadiens. 

« On a d’abord dit aux Canadiens qu’ils n’avaient pas besoin de porter un masque, puis on leur a dit que porter un masque pouvait être une bonne idée, après tout. Cette cacophonie est un désastre et il y a des têtes qui doivent tomber », a déclaré le président Thomas.  

À la suite de l’annonce de la Dre Tam qui a déclaré que des personnes asymptomatiques pouvaient transmettre la COVID-19, les Canadiens sont de plus en plus préoccupés par l’exactitude des tests de dépistage par rapport au nombre de cas déclarés. Les experts en chef de la santé du pays n’ont pas donné quelque assurance que ce soit sur la façon de lutter contre la transmission du virus dans un tel cas.  

« Votre test de dépistage n’est bon que jusqu’à votre dernier contact physique ou avec une autre personne. Est-ce à dire que seul un test quotidien ou même à chaque heure est en réalité efficace? Ou, comme le suggère la théorie asymptomatique, est-ce simplement une mesure préventive visant à éviter d’éventuelles poursuites civiles ou en milieu de travail? », a demandé le président Thomas.  

Le président du SEFPO a également souligné la Directive n°5, qui a été distribuée plus tôt cette semaine par le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Williams, qui stipulait que les infirmières et infirmiers représentés par l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (AIIO) étaient les seuls travailleurs de la santé de première ligne en mesure de déterminer et d’utiliser les équipements de protection individuelle (EPI), y compris les masques N95. Cette directive, qui a été corrigée plus tard jeudi, inclut maintenant tous les travailleurs de la santé et leurs agents négociateurs respectifs.  

« Je suis heureux de dire qu’après les fortes pressions qui ont été exercées par les syndicats précédemment exclus, tous les travailleurs de la santé ont maintenant accès à l’ÉPI durant cette crise. S’il y a un stock insuffisant d’ÉPI, c’est un échec des bureaucrates principaux de la santé qui sont censés faire en sorte que nous sommes toujours prêts. » 

Le président Thomas a souligné que l’omission inadmissible dans la directive du Dr Williams aurait pu causer du tort à de nombreux travailleurs de première ligne qui travaillent auprès de personnes à haut risque dans les soins de longue durée et les hôpitaux publics. Il y a encore des travailleurs de première ligne qui sont vulnérables dans les communautés, ainsi que dans d’autres établissements qui ont désespérément besoin de protection. 

« Les politiciens vont et viennent. Les gens comme la Dre Tam et le Dr Williams doivent être tenus responsables de notre manque de préparation – c’est leur responsabilité. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931