Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président du SEFPO propose au Congrès du travail du Canada et à Unifor de les aider à régler leurs différends

Warren (Smokey) Thomas, OPSEU President
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), a exprimé de fortes inquiétudes aujourd’hui relativement à la récente décision d’Unifor de quitter le Congrès du Travail du Canada et a proposé de travailler avec les deux parties pour les aider à régler leurs différends.

Le conflit est axé sur le différend litigieux d’Unifor en ce qui concerne un article de la constitution du CTC qui régit le processus concernant le changement de syndicat des travailleurs. Monsieur Thomas les a prévenus que les tensions créées risquaient de causer du tort à tous les niveaux du mouvement syndical canadien.

« Je demande à tous les dirigeants de garer leurs griefs, de s’asseoir à la table pour régler leurs différends et de trouver un moyen de parvenir à un consensus », a dit Monsieur Thomas dans une déclaration aux membres du SEFPO.

« Il y a toujours moyen de transformer une situation périlleuse en une occasion de faire mieux et comme avec la plupart des crises, ensemble nous pouvons y arriver. »

Le SEFPO est membre du Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP) et est affilié au CTC, lequel a été formé en 1956 pour fournir une voix nationale unanime aux syndicats de tout le Canada. Le CTC compte 3,3 millions de membres.

La semaine dernière, Monsieur Thomas a communiqué avec le président d’Unifor, Jerry Dias, et le président du CTC, Hassan Yussuff; il s’est dit encouragé par la volonté des dirigeants d’essayer de trouver un compromis.

Il a fait remarquer que certaines des préoccupations d’Unifor sur l’état du mouvement syndical canadien sont valides et devraient être entendues, mais il a demandé à Monsieur Dias de s’engager avant tout à abandonner tout projet de maraudage.

Unifor a tenté de s’accaparer la représentation des membres de la section locale 75 d’UNITE HERE, qui représente les travailleurs de l’hôtellerie de la région du Grand Toronto.

Monsieur Thomas a offert de poursuivre les discussions avec les dirigeants du CTC et d’Unifor.

« Les travailleurs de tout le pays méritent que nous réglions ce différend et gardions un front uni pour confronter les dirigeants d’entreprise qui font tout pour reprendre les droits pour lesquels nous avons combattu avec tant d’acharnement », a dit Monsieur Thomas.

« Il serait tragique de laisser ce différend nous distraire à un moment où les travailleurs ont besoin de syndicats plus solides que jamais », a ajouté Monsieur Thomas.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931