Skip to content
news_notices_french.jpg

Lettre du président du SEFPO à la ministre des Services sociaux et communautaires à propos du SAGAS

L’honourable Helena Jaczek
Ministre des Services sociaux et communautaires
80, rue Grosvenor
Édifice Hepburn, 6e étage
Toronto (Ontario)
M7A 1E9

Madame la ministre,

Comme vous le savez sans doute, aujourd'hui marque le premier anniversaire de la mise en œuvre du Système automatisé de gestion de l'aide sociale (SAGAS).

Les anniversaires sont généralement quelque chose à fêter … mais pas cette fois-ci.

L'année qui vient de s’écouler est un vrai cauchemar pour les membres du SEFPO qui travaillent dans les programmes sociaux tels que le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées, l’Ontario au travail et le Programme de l’aide aux enfants gravement malades.  Depuis le lancement du SAGAS en novembre 2014, les travailleurs de première ligne ont connu sans arrêt des problèmes techniques avec des conséquences désastreuses pour les bénéficiaires de l'aide sociale vulnérables.  Pendant des mois ils ont essayé de mettre en application de nombreuses solutions de contournement et mesures correctives afin d’assurer que leurs clients continuent à recevoir l'aide financière dont ils dépendent.

La situation actuelle du SAGAS n'a pas beaucoup changé.  Ce système informatique défectueux nécessite encore de nombreuses solutions de contournement et mesures correctives pour son fonctionnement.  Les problèmes techniques auxquels s’ajoutent à des pannes fréquentes du programme continuent à causer beaucoup de frustration pour les travailleurs de première ligne qui essayent de faire tous leurs efforts pour fournir des services de haute qualité aux bénéficiaires de l'aide sociale.

Cependant, douze mois plus tard, la plus grande préoccupation est l’effet néfaste du SAGAS sur les travailleurs de première ligne et les bénéficiaires de l'aide sociale.

Le stress causé par la navigation de ce système informatique plein de problèmes techniques combiné avec un véritable souci pour leurs clients a profondément affecté la santé tant mentale que physique de nombreux travailleurs de première ligne.  Les lieux de travail à travers la province manquent du personnel et le personnel qui reste doit faire face aux pressions insurmontables de la charge de travail.  Une chose est certaine : votre ministère doit faire plus pour atténuer ces pressions.

Pour les bénéficiaires de l'aide sociale, le SAGAS ne mérite aucune confiance du tout.  Les défauts de ce système informatique mal conçu ont causé beaucoup de problèmes aux personnes et familles qui dépendent de l’aide sociale.  L’incapacité du SAGAS de générer des résultats précis et prévisibles déclenche une anxiété inutile et cause beaucoup de frustration parmi les bénéficiaires de l'aide sociale vulnérables.  Cela est tout à fait inacceptable.

Récemment, votre ministère a publié son Plan de transition intégrée qui donne tous les détails sur les travaux en cours pour résoudre les problèmes du SAGAS.  Il est clair que le ministère attend, il sera encore plusieurs mois, voire des années, jusqu'à ce que le SAGAS soit entièrement fonctionnel.  Le rapport indique même le ministère reste optimiste que le SAGAS offrira des améliorations fonctionnelles importantes et changera complètement la prestation de l'aide sociale.  Cependant, cet optimisme n’a aucun sens quand on regarde les choses telles qu’elles sont : les travailleurs de première ligne continuent de découvrir des problèmes de fonctionnalité et ils savent que beaucoup d’erreurs du SAGAS ne peuvent même pas être corrigées et qu’elles nécessitent l'utilisation permanente des solutions de contournement et des mesures correctives.

Malgré votre optimisme,  en ce premier anniversaire de la mise en œuvre du SAGAS, je tiens à vous rappeler que le logiciel ne sera jamais en mesure d'administrer adéquatement et avec précision les règles et les fonctions complexes des programmes sociaux tels que le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées, l’Ontario au travail et le Programme de l’aide aux enfants gravement malades.  Tout simplement, le SAGAS ne parviendra jamais à fournir des résultats prévisibles pour les bénéficiaires de l'aide sociale.

En outre, des problèmes techniques ont fait monter en flèche les dépenses relatives au SAGAS. Votre Plan de transition intégrée met le coût actuel du SAGAS à 294 millions de dollars, par rapport à 242 millions il y a un an.  Je vous remercie de nous avoir signalé le chiffre,  mais j’ai hâte de lire le prochain rapport de la vérificatrice générale et je suis sûr que les résultats de ce rapport fourniront de précieux renseignements sur les coûts réels de la débâcle du SAGAS et confirmeront que le système est un autre gâchis du secteur privé qui coûte plus et qui en rapporte moins.

Je pense qu'il est grand temps que le ministère recommence à travailler en étroite collaboration avec les travailleurs de première ligne pour élaborer un système informatique convivial qui peut administrer correctement les programmes d'aide sociale et qui respecte les normes de service de haute qualité dont dépendent les bénéficiaires de l'aide sociale.

Sincèrement,

Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO

Page d’accueil : Index du SAGAS