Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO fournit une opinion d'expert et personnelle sur la façon de mettre fin à la crise des soins de longue durée

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le SEFPO a présenté au premier ministre Ford les recommandations essentielles du personnel de première ligne sur la façon de mettre fin à la crise dans le système des soins de longue durée, dont l’embauche d’inspecteurs supplémentaires et l’élimination des exploitants à but lucratif.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a rendu visite aux inspecteurs des foyers de soins de longue durée membres du SEFPO pour obtenir leur point de vue sur les problèmes et solutions visant à les résoudre.

« Le premier ministre voulait savoir ce que les travailleurs de première ligne pensent et maintenant, il le sait », a dit M. Thomas. « Leurs réponses se trouvent dans cette présentation et les Ontariens seraient bien servis s’il décidait de suivre les conseils avisés qui se trouvent dans ce document. »

Pendant longtemps, les gouvernements successifs ont érodé les inspections dans le système des soins de longue durée, et le SEFPO a sonné l’alarme à tous les coups.

Dans sa présentation au premier ministre Ford, jeudi dernier, le SEFPO donnait une douzaine de solutions raisonnables et réalisables au désastre des soins de longue durée. Celles-ci incluent une augmentation du nombre d’inspecteurs, un meilleur contrôle des cadres du ministère qui passent en revue les rapports d’inspection et l’élimination des établissements gérés par le privé.

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré que ces idées constructives contribueraient à poser les soins de longue durée sur des bases solides.

« Les inspecteurs que le SEFPO représente sont dévoués et passionnés par le travail essentiel qu’ils accomplissent et par les gens qu’ils servent », a encore dit M. Almeida. « Cela fait des années qu’ils se plaignent des mêmes problèmes, et ils savent mieux que quiconque comment les résoudre. »

Monsieur Thomas aimerait avoir une conversation avec le premier ministre dans les jours à venir pour discuter de ces recommandations et de la façon d’y répondre.

« Je sais que le premier ministre a vraiment à cœur de réparer ce gâchis », a déclaré M. Thomas. « Je veux l’aider à le faire, comme tous les membres de première ligne du SEFPO qui travaillent pour les soins de longue durée d’ailleurs.

Lisez la présentation entière ici