Menu
Menu
pwc_opseu_french_banner.jpg

La Conférence « JE SUIS » du Comité provincial des femmes du SEFPO

La Conférence « JE SUIS » du Comité provincial des femmes du SEFPO

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un projecteur a été braqué sur le problème de la traite des personnes à la Conférence biennale des femmes du SEFPO. La conférence de Toronto, qui a eu lieu du 25 au 27 octobre derniers, sous la bannière « JE SUIS », a également examiné la résilience des femmes confrontées à l'itinérance et à la pauvreté partout à travers l'Ontario.

Karly Church, conseillère en intervention de crise/travailleuse sociale, a dressé une image du trafic de personnes qui ferait réfléchir n’importe qui. Partageant son histoire de jeune femme prise dans le monde de l’exploitation sexuelle au pays, ses combats et ses triomphes affirment qu’il est permis de redonner espoir aux victimes en prenant soin d’elles et d’eux et en refusant de les abandonner.

Leah Denbok, étudiante en photographie au Collège Sheridan, a invité les participantes à la conférence à poser un regard différent sur le problème de l'itinérance.

Barbara Gosse, directrice générale du Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes, a partagé des statistiques choquantes sur les tentacules de ce fléau, qui occupent toujours plus de surface dans ce pays. Elle a aussi parlé des efforts déployés par les organismes responsables de l’application des lois et par les organismes communautaires, qui luttent pour les jeunes qui sont la cible de ce trafic.

Leah Denbok, jeune étudiante en photographie de 19 ans, a invité les participantes à la conférence à entrer dans le monde de l'itinérance au travers de ses yeux et de la lentille de sa caméra. Les photos, vidéos et livres de Leah, ainsi que l’histoire qu’elle raconte, mettent en valeur l'humanité des grands oubliés dans les rues de nos villes.

Bonnie Eddy, présidente intérimaire du Comité provincial des femmes du SEFPO, a dit que la Conférence du CPF avait été très en demande cette année.

Selon Bonnie Eddy, présidente intérimaire du Comité provincial des femmes, la conférence a reçu un nombre record de demandes cette année.

« Nous avons reçu un nombre record de demandes de participation », a dit Mme Eddy. « Nous sommes fiers d'accueillir 202 des quelque 300 candidates à la conférence cette année. »

Madame Eddy a également dit aux participantes qu’avec le mouvement grandissant de libération des femmes, le CPF du SEFPO s’engage à promouvoir le changement dans tous les secteurs.

« Nous sommes tous d'accord pour dire que les femmes ont de plus en plus besoin d’avoir un espace où elles peuvent se rencontrer, communiquer, apprendre et partager », a encore dit Mme Eddy.

Smokey Thomas, président du SEFPO, a déclaré que même si la lutte pour les droits des femmes est loin d’être terminée, chaque homme et chaque femme au SEFPO s’unissent pour gagner la lutte.

« Nous sommes à vos côtés, solidaires, et sachez que vos combats et vos difficultés sont nos combats et nos difficultés. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, et le premier vice-président/trésorier, Eduardo (Eddy) Almeida

 

 

Eddy Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO, a déclaré qu'il était inacceptable qu'il existe encore de nos jours un écart salarial entre les hommes et les femmes.

« Nos consoeurs ne devraient-elles pas gagner la même chose que leurs confrères? », a demandé M. Almeida, sous les applaudissements des participantes.

Sara Labelle, vice-présidente régionale, Région 3, et femme la plus haut placée au SEFPO, a félicité les membres du comité pour leur travail et a

Sara Labelle, vice-présidente de la Région 3 et femme la plus haut placée au SEFPO, s’adresse aux participantes de la conférence.

réitéré l'importance de la place qu'occupent les participantes au sein de leur syndicat, les encourageant à continuer de lutter pour ce qui est juste et équitable.

Cette année, on a demandé aux participantes d'identifier les questions essentielles liées à la pauvreté dans leur propre région et de développer des plans d'action pour lutter contre le programme conservateur en créant des partenariats avec les autres syndicats dans leurs communautés.

Les participantes ont mis fin à la conférence avec un exercice appelé « Diversity in a Fishbowl » (Diversité dans un bocal à poissons), qui a mis l'accent sur la discrimination et les stéréotypes raciaux et sur la façon dont on les renforce et/ou conteste dans nos conversations quotidiennes.

Le CPF remercie toutes les participantes, ainsi que toutes les femmes qui étaient intéressées à participer à la conférence. Le soutien du SEFPO et des membres est ce qui incite le comité à faire ce qu'il fait. Le comité continue d'habiliter les femmes en abordant les questions difficiles auxquelles elles font face chaque jour au travail, dans le syndicat et chez elles, et de sensibiliser les gens à cet égard.

Madame Eddy a profité de l'occasion pour insister davantage sur l'engagement du CPF vis-à-vis des femmes du SEFPO.

« Nous avons l'intention de demander officiellement qu'on augmente le nombre de participantes admissibles et qu'un espace assez grand s'ouvre pour recevoir toutes les candidates à la prochaine conférence », a-t-elle dit.