Le SEFPO se souvient des travailleurs tués ou blessés au travail

Jour de deuil - En souvenir de toutes les personnes qui ont perdu la vie ou subi des blessures au travail - Avril 28
Facebook
Twitter
Email

Au nom du Conseil exécutif, nous rendons hommage aux milliers de travailleurs de l'Ontario et de partout dans le monde qui ont été tués ou blessés au travail.

Ce 28 avril, les Canadiennes et les Canadiens célèbrent pour la 28e fois le Jour de deuil national. Depuis qu’il a été officiellement reconnu par le Canada en 1991, le Jour de deuil national a été adopté dans une centaine de pays – un fait dont nous pouvons être très fiers.

Cette journée permet d’honorer les travailleurs qui ont subi des blessures, qui ont été atteints d’une invalidité, qui ont contracté une maladie professionnelle ou qui ont été tués au travail à cause d’un accident et des dangers en milieu de travail. En ce Jour de deuil national, des cérémonies seront organisées à travers l'Ontario.

Nous honorons non seulement les membres du SEFPO et tous les travailleurs qui ont perdu la vie durant la dernière année, mais également les milliers de travailleurs de l'Ontario qui les ont précédés au cours des années. Malgré la multiplication des commémorations, il reste encore beaucoup à faire, tant ici qu'à l'étranger.

En Ontario, il y a deux domaines particulièrement problématiques : les maladies professionnelles et les traumatismes de santé mentale.

Les maladies se développent souvent des décennies après l’exposition en milieu de travail. Les gens travaillent et vivent leur vie sans savoir qu'une bombe toxique et à retardement s’est immiscée dans leur corps et qu’elle se déclenchera une décennie ou deux après leur exposition en milieu de travail. Personne ne devrait mourir ou être exposée à des substances toxiques au travail, mais ça arrive malgré tout. Certains membres du SEFPO sont particulièrement exposés – à l’instar de nos pompiers qui travaillent pour le ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

Cette année, le SEFPO tient à mettre en exergue les traumatismes de santé mentale. Ce n’est pas parce qu'un traumatisme est invisible qu'il ne peut pas exister – ni avoir un effet extrêmement débilitant. N’importe quel membre peut subir un traumatisme de santé mentale, mais les premiers intervenants, notamment les agents correctionnels, les ambulanciers et les professionnels hospitaliers peuvent être particulièrement vulnérables.

La législation provinciale et les politiques de la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail doivent reconnaître leur existence et accorder une indemnisation appropriée. Le Caucus des personnes handicapées du SEFPO a publié une déclaration solennelle qui montre qu’il est essentiel de protéger pleinement les travailleurs.

Le gouvernement provincial doit faire respecter les lois sur la santé et la sécurité plus sévèrement et promulguer de nouvelles lois afin que les employeurs négligents assument l’intégralité du coût de leur négligence. En décembre dernier, nous avons ainsi été en mesure de convaincre le gouvernement de ne pas autoriser les responsables ministériels à empêcher les inspecteurs en santé et sécurité d'accomplir leur important travail.

Aucune déclaration sur le Jour de deuil national ne serait complète sans mentionner le dévouement de nos militants de la santé et de la sécurité dans chaque section locale du syndicat. Il nous est impossible de chiffrer les vies qu'ils ont sauvées ou les souffrances qu'ils ont évitées, mais nous savons qu’ils sont des héros et notre dette de reconnaissance à leur égard est immense.

Le SEFPO est le syndicat pour des milieux de travail en plein changement et au fur et à mesure de ces changements, nous intensifierons notre lutte pour la santé et la sécurité au travail. Mettre fin aux lésions, aux maladies professionnelles et aux décès au travail peut sembler comme un espoir inaccessible au plus grand nombre. Mais au SEFPO, nous croyons que c'est une noble ambition. Et nous ne nous arrêterons pas avant d’avoir atteint notre objectif.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas, président
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier