Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Les retraités de la FPO ont manifesté contre l'attaque aux prestations pharmaceutiques dans les rues !

Le 1er octobre, les membres retraités de la région 5 (Toronto) du SEFPO se sont réunis pour écouter les nouvelles sur les négociations de la FPO et les détails sur l’intention du gouvernement libéral de réduire les prestations pharmaceutiques d’environ 100 000 employés de la FPO, en service ou à la retraite, représentés par le SEFPO.

Après la réunion, un groupe de retraités dynamiques ont pris l’initiative et marché vers le bureau de Deb Matthews, présidente du Conseil du Trésor et ministre responsable de la réduction de la pauvreté.  La plupart de ces retraités ont participé à des grèves de 1996 et 2002 – ils savaient ce que c’est les manifestations.  En arrivant, ils ont remis une lettre d’un ton très ferme exigeant que les libéraux retirent leur plan cruel d’attaquer à la garantie des médicaments des retraités.

Ni Matthews ni son sous-ministre, Greg Orenczak, n’était « disponible » pour recevoir le message des retraités.  Cependant, Sofie Di Muzio, un membre du personnel d’Orenczak, est sortie pour accepter la lettre et écouter les préoccupations des retraités.

retirees_wave_signs_outside_deb_matthews_office.jpg

Les retraités ont tenu des pancartes à l’extérieur du bureau de Deb Matthews.

Myles Magner, membre du conseil exécutif du SEFPO pour la Région 5, a parlé à propos des réductions drastiques du gouvernement à la garantie des médicaments, qui menacent la santé financière et physique des milliers de retraités.  « La plupart de nos retraités survivent sur les pensions modestes et peuvent difficilement se permettre de payer des centaines ou des milliers de dollars de plus chaque année pour les médicaments sur ordonnance.  Après leurs nombreuses années de bons et loyaux services à la province, ces réductions pourraient conduire certaines personnes âgées dans la pauvreté. »

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a salué la détermination des retraités de se faire entendre.  « Kathleen Wynne et Deb Matthews aiment parler du fait qu’elles sont grands-mères.  Mais contrairement à de nombreux retraités de la FPO, ces grands-mères n’auront jamais besoin de choisir entre payer pour les médicaments ou acheter des aliments sains. Les libéraux ont l’intention de prendre des pauvres et vulnérables pour payer les riches et puissants.  C’est honteux. »

Les libéraux veulent réduire les 90 pour cent (moins une franchise de 3 $) que les retraités paient actuellement à un système à trois niveaux. Les médicaments du niveau 1 seraient encore couverts à 80 pour cent, tandis que les médicaments du niveau 2 seraient couverts à 50 pour cent et les médicaments du niveau 3 à seulement 20 pour cent. Une tierce personne embauchée par le gouvernement déciderait des médicaments qui tombent dans les différents niveaux.  Il n’est pas difficile de deviner que les retraités seront obligés de payer pour les  médicaments les plus dispendieux.

Durant l'été, les retraités de la région 2 ont rencontré Jim Bradley, député provincial de St. Catharines, pour discuter des réductions proposées, et les retraités de la région 5 envisagent de suivre l’exemple et passeront aux bureaux des députés libéraux.  Ils poursuivront leur discussion « franche et profonde »  sur l’attaque de la première ministre Kathleen Wynne aux prestations pharmaceutiques dont dépendent les personnes âgées, les familles et les enfants.

Pour de plus amples renseignements sur la Division des membres retraités du SEFPO, cliquez ici.

Connexe : Négociations 2014 de la FPO – Page d'index