Annonces bannière

Le SEFPO rend hommage à ses membres des Services correctionnels

Correctional Services officer and award
Facebook
Twitter
Email

Cette année, du 7 au 13 mai, l’Ontario fête la deuxième Semaine annuelle de reconnaissance du personnel des services correctionnels de la province. On a fêté cette semaine pour la première fois l’an dernier après l’adoption de la Loi de 2016 sur la Semaine de la reconnaissance du personnel des services correctionnels.

« Réserver une semaine chaque année pour commémorer le travail et les services incroyables de nos courageux membres du système correctionnel est très approprié et très important », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Comme les autres intervenants d’urgence, ils risquent leur vie chaque jour au travail. Tragiquement, certains d’entre eux ne sont pas rentrés chez eux à la fin de leur journée de travail. Nous devons reconnaître ceux et celles qui ont perdu la vie et les innombrables autres qui ont subi des blessures en voulant nous protéger. »

Depuis la première semaine de reconnaissance, les travailleurs du système correctionnel ont été témoins d’une grande victoire, avec la province accordant une certaine protection aux agents de probation pour adultes et pour jeunes, aux agents de probation et de libération conditionnelle et aux huissiers provinciaux en adoptant la loi de présomption à l’égard de l’état de stress post-traumatique (ÉSPT).

La cérémonie cette année s’est avérée particulièrement importante et émouvante, tandis qu’on dévoilait le magnifique nouveau monument aux travailleurs correctionnels tombés au travail, appelé « Hours of the Day ». Des représentants syndicaux et du gouvernement, ainsi que des  membres du public, se sont rassemblés une fois de plus pour rendre hommage aux agents correctionnels tombés dans l’exercice de leurs fonctions.

« Il est évident que nous devrions être reconnaissants du travail du personnel correctionnel chaque jour, et ce monument, placé à côté de Queen’s Park, nous rappelle ce besoin », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO, lui-même agent correctionnel de métier. « J’espère que chaque Ontarien et chaque Ontarienne qui passe à côté de ce monument s’arrêtera un instant pour songer aux innombrables sacrifices consentis par les agents correctionnels pour servir les communautés de toute la province. »

Quelque 77 membres du personnel correctionnel ont également reçu des prix en reconnaissance de leurs contributions exceptionnelles aux services correctionnels. Ces prix ont inclus :

  • Le Prix de la première ministre d’excellence dans les services correctionnels (pour leadership, travail d’équipe ou innovation extraordinaire).
  • Les Prix des services correctionnels du ministère (pour courage exceptionnel, service humanitaire, bénévolat et accomplissements).
  • Le Prix d’inclusion Viola Desmond du sous-ministre (pour accomplissements exemplaires dans la diversité, l’égalité, l’inclusion et l’accessibilité).
  • Des prix de distinction honorifique spéciaux.

Cliquez ici pour lire le nom des récipiendaires de cette année

« Je tiens à féliciter chaleureusement les membres du SEFPO qui ont reçu des prix cette année », a déclaré Monte Vieselmeyer, co-président du Comité des relations avec les employés du ministère. « Ils témoignent des qualités exceptionnelles de nos membres des services correctionnels et des services publics qu’ils fournissent. »

Monsieur Thomas a également tenu à féliciter les lauréats et a rappelé au gouvernement qu’il avait choisi d’ignorer une autre forme de reconnaissance, soit un niveau de rémunération approprié.

« Au lieu de négocier un salaire juste avec l’équipe de négociation des services correctionnels, qui correspond à ce que reçoivent ces mêmes travailleurs dans les services correctionnels fédéraux et des autres provinces, le gouvernement a confié l’affaire à un arbitre », a ajouté Monsieur Thomas.

« Le symbolisme est extrêmement important, et l’excellence se doit d’être reconnue. Mais ces héros doivent aussi pouvoir nourrir leurs familles. C’est pourquoi ils méritent d’être rémunérés comme il se doit. »