Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande une injonction pour arrêter le système informatique défectueux de gestion de l’aide sociale

TORONTO – Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a annoncé aujourd'hui que le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario a demandé une injonction contre le gouvernement de l'Ontario pour arrêter le système automatisé de gestion de l'aide sociale (SAGAS).  Ce système informatique défectueux est responsable de la gestion de paiements de prestations à des dizaines de milliers d’Ontariens et d’Ontariennes qui dépendent de l'aide sociale.

Depuis la mise en œuvre du nouveau système informatique le 12 novembre, il ya eu des centaines de problèmes informatiques entraînant des millions de dollars de paiements excédentaires ou insuffisants versés aux bénéficiaires ou, dans certains cas, les bénéficiaires n’ont pas reçu d'argent du tout.  Thomas a dit que dans l'injonction, il cherche également une déclaration que le gouvernement a violé les droits des bénéficiaires de l’aide sociale en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés en mettant en œuvre un système qu'il savait était défectueux.

« Malgré les avertissements répétés provenant des travailleurs sociaux, membres du SEFPO, le ministère des Services sociaux et communautaires a mis en œuvre ce système informatique, qui a désavantagé les personnes les plus vulnérables dans cette province, » a déclaré Thomas.  « Dès le premier jour, les travailleurs sociaux du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH) et du programme Ontario au travail (OT) se sont sérieusement préoccupés du fonctionnement du SAGAS.  De nombreux bénéficiaires n’ont pas reçu leurs paiements de prestations médicales, allocations de régimes spéciaux ou nécessités spéciales obligatoires pour leurs problèmes de santé particuliers. »

Thomas a dit le SAGAS a fait le grand désordre dans les programmes sociaux : POSPH et OT.  « Les bénéficiaires de l'aide sociale sont en train de perdre confiance dans un service public essentiel, » a continué Thomas. « Nos membres, qui travaillent dans les deux programmes, font de leur mieux pour tenter de minimiser les impacts, mais en dépit de leurs meilleurs efforts, le nombre de défauts du programme se développe de jour en jour, et le personnel commence à se sentir impuissant. »

Thomas a dit que le ministère a la capacité de réparer le système sans nuire davantage à ceux qui en dépendent. « L'ancien système fonctionne toujours et pourrait être utilisé pendant que le gouvernement essaie de résoudre tous les problèmes du nouveau système.  Le gouvernement doit agir, et agir rapidement, avant qu'il y ait d'autres dommages. » 

Renseignements :

Warren (Smokey) Thomas : (416) 443-8888