SEFPO Coalition des traveailleurs racialises

Célébrations du Mois de l'histoire des Noirs 2021 à l’OPSEU/SEFPO

Anti-racism Teletown Hall
Facebook
Twitter
Email

Nombre d’idées inspirantes et pertinentes ont circulé lors des célébrations virtuelles du Mois de l’histoire des Noirs qui étaient organisées par la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) de l’OPSEU/SEFPO. Ces célébrations, qui ont eu lieu le 20 février dernier, étaient organisées en ligne afin de respecter les directives de la santé publique et soutenir nos héros de première ligne.

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, a réaffirmé l’engagement du syndicat à lutter contre le racisme anti-Noirs.

« En tant qu’alliés de la lutte, il est grand temps que les Blancs s’impliquent davantage dans la lutte contre le racisme. Les Noirs mènent cette lutte depuis des générations et il est irréaliste de s’attendre à ce qu’ils la continuent seuls », a-t-il déclaré.

Les participants ont eu l’occasion d’apprécier la grâce et l’inspiration de la poétesse slam Lamoi Simmonds. Ses poèmes sont des odes merveilleuses qui célèbrent la lutte et la survie des hommes noirs et des femmes noires au Canada et dans le reste de l’Amérique du Nord. Elle a encouragé les participants à tirer leur force de leurs expériences, y compris, mais sans s’y limiter, des luttes, de l’amour pour leur famille et eux-mêmes, de leurs blessures, mais également des larmes qu’ils ont versées pour celles et ceux qui ont perdu la vie.

Parmi les autres points saillants de ces célébrations, mentionnons les contributions remarquables des conférenciers invités.

Madame Marium Tolson-Murtty, professeure et responsable de la planification stratégique de la lutte contre le racisme anti-Noirs à l’Université de Windsor, a rappelé aux participants l’importance de lutter contre le racisme anti-Noirs dans les institutions publiques. Madame Tolson-Murtty a également souligné l’importance « d’être engagé, déterminé à lutter fermement et sincèrement contre le racisme anti-Noirs. »

Monsieur Grace-Edward Galabuzi, professeur agrégé et directeur de programme de premier cycle à l’Université Ryerson, a parlé de l’importance de faire connaître la vérité au sujet de l’économie fondée sur l’esclavage et le racisme et d’examiner ses liens avec les conséquences de la COVID19 sur la communauté noire.

En plus de ces intervenants, deux membres de l’OPSEU/SEFPO ont raconté des histoires poignantes au sujet de leurs expériences durant la pandémie. Ils ont parlé de l’importance de maintenir la résilience pour assumer leurs responsabilités en première ligne, en plus de celles liées à leur vie personnelle. Ils ont trouvé un équilibre entre leur capacité de résilience et leurs responsabilités tout en apportant leur soutien à certains des membres les plus vulnérables de la communauté.

Peter Thompson, président de la Coalition des travailleurs racialisés (CoTR), a reconnu qu’on avait dû surmonter quelques difficultés pour organiser les célébrations de cette année.

« Nous sommes tellement habitués à faire les choses d’une certaine manière qu’il était très difficile d’imaginer comment organiser cette activité sur une plate-forme en ligne », a expliqué Peter Thompson. « Nous avons surmonté les obstacles et organisé de merveilleuses célébrations qui ont été une source d’inspiration pour toute le monde. Et on peut dire que l’activité a répondu aux attentes suscitées par le thème des célébrations de cette année : Nous écrivons aujourd’hui l’histoire de demain. Tous les orateurs ont parlé de la pertinence des protestations et des appels au changement de l’année dernière et de la manière dont ces événements ont changé notre façon de voir le monde aujourd’hui. »

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré pour sa part que ces célébrations ont mis en lumière la richesse de la diversité du syndicat.

« Je suis fier que nos membres ne laissent pas cette pandémie freiner leur enthousiasme à célébrer et à promouvoir les principes d’inclusivité et de justice que défend l’OPSEU/SEFPO », a ajouté Eduardo (Eddy) Almeida. « Ces célébrations sont très fraternelles lorsqu’elles ont lieu en personne et je me réjouis de voir que cet esprit de fraternité ait également été au cœur des célébrations virtuelles. »