Skip to content

L'OPSEU/SEFPO demande à l'Assemblée législative de l'Ontario de soutenir les travailleurs essentiels et d’adopter le projet de loi 239

L’OPSEU/SEFPO demande à l’Assemblée législative de l’Ontario de montrer son engagement envers les travailleurs essentiels en adoptant rapidement le projet de loi 239, la Loi de 2020 permettant aux employés malades de rester chez eux.

Le projet de loi, qui comprend des congés payés pour les maladies infectieuses, accorderait automatiquement des congés de maladie payés à tous les travailleurs et réduirait considérablement la transmission communautaire de la COVID-19.

Le projet de loi 239 serait particulièrement important pour des milliers de travailleurs à temps partiel, temporaires, occasionnels et étudiants membres de l’OPSEU/SEFPO qui sont employés dans les collèges de l’Ontario.  Ils ont continué à travailler sur les campus tout au long de la pandémie pour assurer la meilleure éducation possible aux étudiants. La COVID-19 représente une menace sérieuse pour ces travailleurs essentiels, qui n’ont pas de congés de maladie payés pour se rétablir quand ils ont contracté la maladie.

Notre syndicat reconnaît les efforts du Conseil des employeurs des collèges, qui a fait un premier pas pour soutenir ces travailleurs en offrant deux jours de congé de maladie payés aux employés qui travaillent sur place et qui ont besoin d’un congé pour se faire tester et attendre le résultat.

Mais ces travailleurs se retrouvent sans filet de sécurité quand le résultat de leur test est positif.  Ils se retrouvent sans salaire pendant qu’ils isolent et se rétablissent.

En refusant d’instaurer des jours de congé de maladie payés durant la pandémie, au lieu du recours à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) du gouvernement fédéral, le gouvernement a une vision à court terme et imprudente. Parce que la prestation est payée en arriérés, les travailleurs à temps partiel, temporaires, occasionnels et étudiants de nos collèges n’obtiennent pas l’aide immédiate dont ils ont besoin.  Ils doivent de surcroît faire une demande pour toucher la prestation, ce qui constitue un autre obstacle.

L’OPSEU/SEFPO demande à tous les députés provinciaux d’examiner l’impact positif et significatif du projet de loi 239 sur la vie de nos travailleurs essentiels, ainsi que son rôle primordial pour limiter les effets de la pandémie.

Si le projet de loi 239 était adopté, nos héros de première ligne recevraient le soutien qu’ils méritent. Non seulement cela permettrait de faire en sorte que tous les travailleurs, y compris les travailleurs à temps partiel, temporaires, occasionnels et étudiants de nos collèges, aient les moyens de rester à la maison lorsqu’ils sont malades, mais cela contribuerait également à améliorer la sécurité de tout le monde.

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO