Communiqués bannière

L'OPSEU/SEFPO demande à la province de contenir la rémunération « hors de contrôle » des cadres supérieurs du Bureau de santé de Grey Bruce

Owen Sound – Les dirigeants de l’OPSEU/SEFPO exhortent le premier ministre Doug Ford à intervenir après les révélations selon lesquelles le PDG du Bureau de santé publique de Grey Bruce a empoché plus de 630 000 $ l’année dernière, soit une augmentation de 243 pour cent depuis 2018.

« M. Ian Arra travaille peut-être d’arrache-pied durant la pandémie, mais c’est une insulte outrageante au visage de toutes les héroïnes et de tous les héros de première ligne qui travaillent tout aussi dur pour aider les gens à passer au travers de cette pandémie », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Alors que le patron peut s’acheter une maison avec son salaire d’une année, les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée locaux perdent leur personnel en raison d’une décennie d’augmentations salariales en dessous du taux d’inflation et n’arrivent plus à trouver les travailleurs dont ils ont besoin. »

« Il y a vraiment quelque chose qui cloche et le premier ministre doit intervenir immédiatement. »

Publié à la fin de la semaine dernière, le rapport 2020 sur la divulgation des traitements dans le secteur public – que l’on appelle également la « Sunshine List » – montre que le PDG et médecin-hygiéniste du Bureau de santé de Grey Bruce, M. Ian Arra a reçu un salaire de 631 510,22 $ en 2020. Il s’agit d’une augmentation de 64 pour cent par rapport aux 385 349,79 $ qu’il a gagnés en 2019 et de 243 pour cent par rapport aux 184 002 $ qu’il a gagnés en 2018.

En 2020, M. Arra a gagné près de 200 000 $ de plus que le médecin-hygiéniste en chef de la province, David Williams. Monsieur Ford lui-même a gagné 208 974 $.

« Nous débattons toujours du salaire minimum des travailleurs. Il est clair que nous devons commencer à débattre du salaire maximal des dirigeants », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Il est difficile de croire que M. Arra puisse encore regarder les gens dans les yeux tout en sachant qu’il perçoit autant d’argent du système. À sa place, je verserais immédiatement une grande partie de ce salaire à tous les hôpitaux et foyers de soins de longue durée locaux qui luttent pour combler les postes vacants. »

Bien qu’aucun d’entre eux n’ait obtenu les mêmes augmentations exponentielles que M. Arra, d’autres gestionnaires du Bureau de santé de Grey Bruce ont reçu des augmentations salariales allant de 9 à 27 pour cent en 2020. En comparaison, les membres de l’OPSEU/SEFPO qui travaillent au bureau de santé publique ont reçu une augmentation salariale de seulement un (1) pour cent en 2020. Bien que le plafond salarial du projet de loi 124 ne s’applique pas directement au personnel du bureau de santé, il est clair que cette loi a eu un effet indirect sur leurs salaires, a souligné le président Thomas, ajoutant que les augmentations salariales exorbitantes de M. Arra sont une insulte à tous les travailleurs de première ligne du secteur public.

« Alors que des dizaines de milliers de travailleurs de première ligne de la province doivent vivre avec des hausses de salaires qui n’atteignent même pas le taux d’inflation, M. Arra reçoit pour sa part ces augmentations vertigineuses », a conclu le président Thomas. « Il doit exister une certaine forme de reddition de comptes et si le conseil d’administration du Bureau de santé de Grey Bruce ne veut pas faire ce qu’il faut et mettre un terme à cette ignominie, la province doit trouver de nouveaux membres du conseil qui le feront. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org