L'OPSEU/SEFPO condamne l’inaction de l'AHO à faire tomber les barrières à la vaccination dans les hôpitaux

Toronto – L’OPSEU/SEFPO s’insurge contre l’Association des hôpitaux de l’Ontario (AHO) pour son manque de directives claires aux hôpitaux concernant l’octroi de temps à leurs travailleurs afin qu’ils puissent se faire vacciner contre la COVID-19 pendant leurs heures de travail.

Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré qu’il est inacceptable que des travailleurs de première ligne de certains hôpitaux se soient fait dire de prendre des crédits de vacances ou compensatoires pour se faire vacciner. Bien que le syndicat ait exhorté l’AHO à prendre des directives, aucune mesure n’a encore été prise, a déclaré le président Thomas.

« Alors qu’elle prétend se consacrer à préserver la capacité des soins de santé, il est désolant que l’AHO se traîne les pieds et ne fasse pas preuve de leadership », a déclaré Smokey Thomas. « L’AHO avance que son rôle est de préserver l’intégrité de notre système de santé, mais elle traite avec mépris nos héros de première ligne, qui maintiennent notre système de santé à flot. »

Le gouvernement provincial et les responsables de la santé publique encouragent les travailleurs de première ligne des hôpitaux à se faire vacciner, mais certains hôpitaux de la région du Grand Toronto refusent de payer les travailleurs qui se font vacciner en dehors de l’hôpital, citant le manque de financement de la province.

Actuellement, seulement 21 des 139 hôpitaux de l’Ontario peuvent administrer le vaccin Pfizer contre la COVID-19 sur place, parce qu’il doit être maintenu à des températures très froides. Aucune directive claire n’a été donnée aux travailleurs quant à la planification de leur vaccination et le syndicat a appris que certains travailleurs se sont fait dire d’utiliser leurs jours de vacances, de congé mobile ou compensatoires pour se faire vacciner. Beaucoup d’entre eux, comme les travailleurs à temps partiel, n’ont pas droit à des congés rémunérés.

L’OPSEU/SEFPO et d’autres syndicats ont rencontré des représentants du ministère de la Santé pour discuter des moyens de faire tomber les barrières à la vaccination du plus grand nombre possible de travailleurs de la santé. Le président Thomas estime que la ministre de la Santé devrait intervenir immédiatement si l’AHO et ses hôpitaux membres ne changent pas de cap.

« Ce manque de leadership de la part de l’AHO et des hôpitaux est exactement le genre de barrières que nous devons faire tomber », a ajouté Smokey Thomas. « Il est essentiel que les travailleurs de première ligne puissent se faire vacciner pour protéger les patients, eux-mêmes, leurs collègues et leurs communautés. Nous ne pouvons pas permettre que des formalités administratives et des manœuvres politiques dans les hôpitaux nous empêchent de sauver des vies. »

Selon Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, il est essentiel que nos travailleurs de la santé aient la possibilité de se faire vacciner facilement pour que nos hôpitaux aient les moyens de combattre la pandémie, et Anthony Dale, PDG de l’AHO, devrait faire de cette question une priorité.

« L’AHO manque totalement de leadership », a déclaré Eddy Almeida. « Il est inexcusable que les employeurs grugent nos héros de première ligne et ne parviennent pas à protéger les Ontariens. Mettez le programme en place, M. Dale. Les actes en disent plus longs que les mots. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931