Skip to content

Le SEFPO/OPSEU qualifie la prison de Kenora de « baril de poudre »

Kenora – Le président du SEFPO/OPSEU, Warren (Smokey) Thomas, dit qu’il est urgent d’agir pour accroître la dotation en personnel à la prison surpeuplée de Kenora. 

La récente annonce du gouvernement visant à embaucher 500 nouveaux membres du personnel correctionnel à temps plein est un pas dans la bonne direction, selon le président Thomas, qui ajoute cependant que les niveaux de dotation en personnel ne suivent pas ceux de la population carcérale qui ne cesse d’augmenter à la prison de Kenora. 

« La prison de Kenora, qui est l’établissement le plus surpeuplé de la province, a le plus faible ratio agent correctionnel/détenu », a-t-il souligné. « Dans son annonce, le ministère ne donne aucun délai pour le déploiement de nouveaux employés à Kenora. Avec si peu d’agents correctionnels pour surveiller autant de détenus, la prison est devenue une véritable poudrière. Des mesures immédiates doivent être prises. » 

Vieille de près d’un siècle, la prison de Kenora abrite parfois jusqu’à quatre détenus dans de minuscules cellules construites pour une seule personne. 

« Il y a 58 postes d’agents correctionnels à temps plein, mais seulement 37 agents correctionnels », a déclaré le président de la section locale 719 du SEFPO/OPSEU, Wade Sutherland. « Dix agents occasionnels pour combler les postes, ce qui veut dire qu’il manque 11 agents correctionnels – et cela ne comprend pas les absences pour la formation, les vacances, les maladies professionnelles, etc. Nous avons besoin de nouvelles embauches à Kenora de toute urgence. » 

La décision du gouvernement d’embaucher plus de personnel à l’échelle de la province aidera à long terme, mais il y a des endroits où il faut prendre des mesures extraordinaires sur-le-champ, selon Chris Jackel, coprésident du CREEM de la Division des services correctionnels du SEFPO/OPSEU. « Il s’agit d’une bonne première étape pour répondre à certaines des préoccupations des détenus, du personnel et des communautés, mais il reste encore beaucoup à faire et au plus vite. Le gouvernement a annoncé la création de 500 nouveaux postes d’agents à temps plein. Il est temps d’envoyer de nouveau renfort en personnel sur le terrain à Kenora et dans le Nord. » 

Le premier vice-président/trésorier, Eduardo (Eddy) Almeida, qui est également un agent des services correctionnels, est d’accord et a souligné le fait que le Nord est souvent une partie négligée de la province. « Je me réjouis que le gouvernement agisse pour répondre aux préoccupations des détenus et chefs de file autochtones – des préoccupations dont le SEFPO/OPSEU s’est fait l’écho.  Mais, il ne faut pas s’arrêter là. Il y a deux ans, nous avons eu une prise d’otages à la prison de Kenora. N’attendons pas la prochaine pour agir. » 

En plus des risques pour la sécurité du personnel, le président Thomas a invoqué les effets sur leur santé. « Certains agents travaillent six jours par semaine, parfois 16 heures par jour, voire 24 heures par jour », a ajouté Smokey Thomas. « C’est non seulement intenable, mais c’est totalement injuste pour nos membres et leurs familles, et ça pourrait avoir des conséquences désastreuses. Avant qu’il ne soit trop tard, mettons en œuvre de meilleures stratégies de recrutement et de rétention afin de pouvoir envoyer de nouvelles recrues dans le Nord. » 

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931