L'OPSEU/SEFPO condamne les manifestations antivaccins à l’extérieur des hôpitaux

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, condamne les manifestations antivaccins qui ont lieu devant les hôpitaux de l’Ontario.

« Les travailleurs de la santé de première ligne, les patients et leurs familles ne devraient pas avoir à braver une bande de protestataires furieux juste pour aller travailler ou pour obtenir les soins dont ils ont besoin », a déclaré M. Thomas. « Ce sont des passants innocents qui ne prennent aucune décision politique. Nous devons respect et gratitude aux travailleurs de première ligne des hôpitaux qui ont risqué leur vie pour sauver la nôtre au cours des 18 derniers mois. Et les patients qui ont besoin de soins ne devraient pas avoir à faire face à ces absurdités. »

Les médias rapportent que des manifestations sont prévues devant cinq hôpitaux de la région du Grand Toronto. Certaines manifestations ont eu lieu plus tôt cette année à l’extérieur des hôpitaux. Les patients avaient eu de la difficulté à passer et des travailleurs de la santé avaient été victimes de harcèlement.

« Personnellement, je suis pour la vaccination. Et bien que je soutienne le droit de manifester, cette activité et sa cible prévue sont inacceptables. Un point à la ligne. Si nous voulons échapper au cauchemar de cette pandémie, il est temps que nous travaillions tous ensemble », a encore dit M. Thomas.

Selon le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, les organisateurs de ces manifestations se trompent s’ils pensent qu’en ciblant les patients et les travailleurs des hôpitaux, ils gagneront leur appui.

« Nous parlons de certains des patients les plus vulnérables de la province et de certains des travailleurs les plus courageux et héroïques que l’on puisse jamais rencontrer. Ils ne méritent certes pas d’être pris au beau milieu d’une bagarre qui n’a rien à voir avec eux », a déclaré M. Almeida.

L’OPSEU/SEFPO représente des dizaines de milliers de travailleurs de première ligne et M. Thomas espère que les manifestants feront preuve de bon sens et laisseront les patients et les travailleurs de première ligne en paix.

« J’espère sincèrement que le bon sens finira par prévaloir et que les protestataires abandonneront cette stratégie peu judicieuse et mal perçue. »