Communiqués bannière

L'OPSEU/SEFPO demande des sanctions envers une gestionnaire de l'Hôpital Royal d'Ottawa qui est partie en vacances à l’étranger

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande le congédiement d’une gestionnaire du Centre de santé mentale Royal Ottawa après qu’on eût appris qu’elle avait défié les règles de la santé publique et l’appel du premier ministre Doug Ford à éviter les déplacements inutiles en voyageant à l’étranger pendant les fêtes de fin d’année.

Dans une lettre adressée à la présidente et chef de la direction de l’hôpital, Joanne Bezzubetz, le président Thomas a fait part de la préoccupation du syndicat selon laquelle Joan Garrow, directrice à l’hôpital, avait défié les lignes directrices en matière de santé publique et avait été autorisée à travailler de chez elle durant sa quarantaine de deux semaines malgré un mémo envoyé au personnel leur indiquant qu’ils n’étaient pas autorisés à le faire.

« Ces élites, qui se comportent de manière irréfléchie, croient que tout leur est permis », a déclaré le président Thomas. « C’est vraiment inacceptable que cette directrice soit récompensée pour avoir enfreint les règles alors qu’elle a fait preuve d’un manque choquant de soutien envers ses propres employés qui ont du mal à faire face aux exigences familiales durant cette période difficile. »

Depuis des mois, les responsables de la santé publique exhortent les Canadiens à éviter les déplacements non essentiels pour enrayer la propagation de la COVID-19. Les gens en ont plus qu’assez de la COVID après une année en mode pandémique, selon le syndicat, et les hauts responsables de la santé qui ignorent les directives de la santé publique sapent la confiance du public dans les règles. Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, a déclaré, pour sa part, que c’était dangereux et imprudent.

« La décision de Mme Garrow de partir en vacances à l’étranger va au-delà d’un manque de jugement », a déclaré le premier vice-président/trésorier Almeida. « C’est hypocrite et indigne; il s’agit d’un mépris total pour la santé et la sécurité publiques. Ces actions érodent la confiance du public et du personnel envers la direction des hôpitaux. »

« Madame Garrow a perdu la confiance du public, des employés qui travaillent à l’Hôpital Royal d’Ottawa et des patients qui reçoivent leurs soins », a ajouté Eduardo (Eddy) Almeida. « Elle devrait être congédiée. »

Même si Mme Garrow est la dernière d’une série de politiciens et de cadres hospitaliers hauts placés qui ont pris le risque de bafouer les règles de la COVID-19, le syndicat dit qu’il est temps que les fautifs soient mis en face de leur responsabilité.

« On nous a demandé de faire des sacrifices pour le bien collectif pendant que les héros de première ligne mettent quotidiennement leur vie en danger », a déclaré le président Thomas. « Les membres de la direction des hôpitaux doivent maintenir une intégrité irréprochable et montrer l’exemple. »

« Il n’y a pas de place pour ce genre d’attitude cavalière dans les rangs de la direction des hôpitaux, a ajouté le président Thomas, et des excuses plates ne suffisent plus. « Le conseil d’administration de l’hôpital doit prendre des mesures fermes contre elle pour montrer qu’on ne tolère pas ce comportement, quel que soit le poste de responsabilité que vous occupiez. Les travailleurs de première ligne et le public regardent. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org