Skip to content

L’OPSEU/SEFPO exige une place à la table pour les réformes commandées à la SAE « toxique et raciste » de York

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas in the Queen's Park media gallery.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Selon Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, les travailleurs de première ligne doivent avoir l’occasion réelle de participer à la recherche de solutions pour remédier aux conditions de travail toxiques à la Société d’aide à l’enfance de la région de York.

Une enquête indépendante a fourni une critique cinglante de la direction à la SAE. Monsieur Thomas a déclaré que le conseil d’administration de la société devait inviter des membres de la section locale 304 de l’OPSEU/SEFPO pour élaborer le plan de travail de 30 jours commandé par le gouvernement provincial.

« Un examen indépendant a clairement montré que le leadership de la SAE de York a failli envers l’organisation et les enfants qu’elle sert », a déclaré M. Thomas. « Grâce à la ténacité et à la détermination des travailleurs de première ligne de l’agence, ces manquements au devoir des dirigeants sont désormais exposés et confirmés. »

« Si l’agence doit se rétablir et reprendre son chemin, ces travailleurs de première ligne doivent être en mesure de contribuer aux réformes nécessaires depuis longtemps. »

Le rapport indépendant commandé par le ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires a révélé que la haute direction de la SAE de York a créé un environnement « toxique » dans lequel une « culture de la peur » envahissante et un « racisme anti-Noirs et autre » ont traumatisé les travailleurs.

Le ministère a ordonné ce rapport après qu’une enquête auprès du personnel conduite par l’exécutif de la section locale 304 de l’OPSEU/SEFPO révèle qu’un nombre considérable des travailleurs souffrent de dépression, panique et crise affective en raison de la culture du lieu de travail. L’agence dispose désormais de 30 jours pour soumettre un plan de travail abordant la toxicité du milieu de travail.

Le président du conseil d’administration de l’agence, Tahir Shafiq, a tenu une réunion lundi dernier avec le personnel pour parler du rapport, mais beaucoup sont repartis déçus.

« Depuis des années, nous disons à l’employeur que nous et les services que nous fournissons souffrent. Et pendant des mois, le conseil a soutenu les cadres supérieurs », a déclaré Andrew Harrigan, président de la section locale 304 de l’OPSEU/SEFPO. « Malgré ce rapport accablant, le président du conseil d’administration n’a pas fait grand-chose ce matin pour nous rassurer comme quoi le conseil d’administration serait prêt à prendre des mesures concrètes contre le harcèlement et le racisme auxquels nous faisons face. »

Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, a déclaré que le conseil d’administration serait négligent de ne pas impliquer les travailleurs de première ligne dans son plan d’avenir.

« Avec courage et conviction, ces travailleurs de première ligne se battent depuis des mois pour réparer leur agence brisée », a déclaré M. Almeida. « Ils font honneur à l’aide à l’enfance en accordant la priorité aux familles et aux enfants dont ils s’occupent plutôt qu’à leur propre sécurité.

« Ne pas les impliquer dans les réformes nécessaires serait aussi honteux que les mauvaises pratiques de gestion qu’ils ont contribué à exposer. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931