L'OPSEU/SEFPO demande à rencontrer le premier ministre pour discuter des primes pour maintien en fonction promises aux infirmières

OPSEU flag
Facebook
Twitter
Email

Toronto – L’OPSEU/SEFPO souhaite rencontrer le premier ministre Doug Ford pour discuter d’une annonce faite en fin de journée vendredi dernier disant que la province avait accepté de remettre une prime de 5 000 $ à toutes les infirmières de première ligne.

L’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario a fait l’annonce en fin de journée, vendredi dernier, mais on ne sait pas exactement qui sera admissible à la prime. L’OPSEU/SEFPO représente des dizaines de milliers de travailleurs de la santé dans les hôpitaux, les établissements correctionnels et les foyers de soins de longue durée.

« Nous aimerions obtenir plus de détails sur les personnes qui pourront réclamer cette prime », a déclaré M. Thomas. « Nos membres se posent des questions; toutefois, une chose doit être claire, cette prime ne peut se substituer à l’abrogation du projet de loi 124. »

Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, espère que la prime sera également offerte à d’autres professionnels de la santé.

« Tout est dans les détails », a déclaré M. Almeida. « J’espère que M. Ford ne perdra pas de vue le fait qu’en plus des infirmières, le système des soins de santé compte sur des dizaines de milliers d’autres professionnels de secteurs différents pour continuer de fonctionner, et ils ne devraient pas être laissés pour compte. »

Monsieur Almeida a ajouté que l’OPSEU/SEFPO représente les infirmières de la Division des services correctionnels, lesquelles sont considérablement sous-payées; elles méritent plus qu’une prime de maintien en fonction, elles méritent d’être exclues du projet de loi 124, afin que leurs salaires puissent être revus à la hausse.

Sara Labelle, présidente de la Division des professionnels hospitaliers de l’OPSEU/SEFPO, s’est dite heureuse que le gouvernement reconnaisse la difficulté à trouver des infirmières, mais a fait remarquer que d’autres catégories d’emploi sont en sous-effectif.

« Nous constatons des pénuries de personnel dans les laboratoires, les pharmacies, en thérapie respiratoire et en technologie des rayonnements, et dans de nombreuses autres domaines », a déclaré Mme Labelle. « Nous avons besoin d’une stratégie bien pensée pour remédier aux pénuries dans toutes les professions de la santé et nous aimerions en discuter avec le premier ministre. »

Ed Arvelin, vice-président du Conseil divisionnaire des soins de santé de l’OPSEU/SEFPO, souligne que le syndicat compte également parmi ses membres des professionnels de la santé à la Fonction publique de l’Ontario, dans les collèges et dans les services sociaux. Monsieur Arvelin a ajouté que cela montre bien qu’il est important de faire appel au savoir-faire du personnel de première ligne pour résoudre les problèmes.

« Nos membres de première ligne connaissent les problèmes et savent comment les résoudre », a déclaré M. Arvelin. « Les Ontariens bénéficient qu’on nous écoute. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 1-613-329-1931
OPSEUCommunications@opseu.org