Communiqués bannière

L'OPSEU/SEFPO dépose une plainte de pratique déloyale de travail au sujet de l'ingérence du CEC dans les négociations

Toronto – Le 14 janvier 2022, l’OPSEU/SEFPO a déposé une plainte de pratique déloyale de travail auprès de la Commission des relations de travail de l’Ontario, accusant le Conseil des employeurs des collèges (CEC) et plusieurs collèges de s’ingérer dans le droit des membres d’appuyer la position de leur syndicat durant les négociations contractuelles.

Le syndicat dit que plusieurs collèges, dont les collèges Niagara, St. Lawrence, Humber et Fanshawe ont demandé au personnel scolaire de cesser de partager de l’information sur les négociations en utilisant leur signature de courriel ou le système de gestion de l’apprentissage.

Néanmoins, les collèges continuent, pour leur part, d’utiliser les ressources des collèges pour diffuser l’information sur les négociations venant du CEC au personnel scolaire, au personnel en général et aux étudiants.

La plainte de pratique déloyale de travail stipule également que les collèges ont bafoué le droit de l’OPSEU/SEFPO de solliciter le soutien des membres et d’engager une grève sans être menacé de représailles par l’employeur.

Monsieur Graham Lloyd, chef de la direction du CEC, a publié une lettre qui met en doute la légalité du droit du personnel scolaire à faire la grève du zèle en appliquant de façon stricte les dispositions de leur convention collective, refusant également de répondre à leurs préoccupations concernant la charge de travail. La présidente de l’équipe de négociation, JP Hornick, dit que cette lettre est « une tentative délibérée et maladroite visant à perturber et à embrouiller le personnel scolaire quant à leur droit légal de participer à la grève du zèle ».

Dans sa lettre, M. Lloyd insiste sur le fait que le CEC ne reviendra à la table que lorsque l’équipe de négociation du personnel scolaire abandonnera les revendications que le CEC ne veut pas prendre en considération.

JP Hornick dit que le CEC et les collèges continuent de s’enfermer dans leur obstination et leur refus de négocier les revendications du personnel scolaire ayant trait à la charge de travail, au personnel à charge partielle, à la sous-traitance, aux droits de propriété intellectuelle, à l’équité et à la décolonisation. JP Hornick a également confirmé que l’offre antérieure du syndicat de renvoyer les questions en suspens à l’arbitrage volontaire des différends demeure une voie à suivre qui permet d’éviter toute perturbation.

« Le CEC continue de mener une campagne de peur, qui méconnait le mérite du personnel scolaire et dédaigne leurs préoccupations et propositions », a souligné JP Hornick. « Nous n’avons pas déposé cette plainte de pratique déloyale de travail à la légère. Nous croyons fermement que les membres du personnel scolaire ont le droit de communiquer avec leurs étudiants et le public au sujet de nos négociations – et de pouvoir le faire dans un environnement exempt de représailles ou de menaces de représailles. »

Renseignements : JP Hornick, présidente de l’équipe de négociation du personnel scolaire des collèges, 416-806-9526