Skip to content

Président de l’OPSEU/SEFPO : Le budget du gouvernement Ford reconnaît le rôle égalisateur des services publics

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas in the Queen's Park media gallery.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, est reconnaissant au gouvernement Ford pour son budget qui réaffirme que les travailleurs des services publics constituent la clé pour aider l’Ontario à sortir de cette pandémie, disant que c’est un bon pas dans la bonne direction.

« C’est le premier budget en plus d’un quart de siècle qui reconnaisse le rôle de grand égalisateur de la fonction publique et qui ne considère pas les travailleurs du secteur public comme des vauriens », a déclaré M. Thomas. « Il est évident que durant la pandémie, ce gouvernement en est venu à reconnaître la véritable valeur de services publics solides. Les travailleurs de première ligne sont les véritables héros.

« Il suffit de regarder le titre choisi pour le budget. Protection, soutien et relance, un titre qui dit ‘services publics’. »

Le budget est principalement caractérisé par le choix du gouvernement de ne pas mettre l’accent sur la réduction du déficit. Un récent sondage effectué par l’OPSEU/SEFPO et d’autres groupes a montré que très peu d’Ontariens croient que la réduction du déficit devrait être une priorité.

Toutefois, selon M. Thomas, il reste encore beaucoup, beaucoup plus, à faire par les gouvernements pour faire en sorte que nos services publics soient assez solides pour aider la province à traverser en toute sécurité cette pandémie, les pandémies futures et le statu quo.

« Dans ce budget, le ministre des Finances s’est engagé à embaucher des milliers de nouveaux travailleurs du secteur public dans les secteurs des soins de longue durée et de la garde d’enfants », a déclaré M. Thomas. « C’est un excellent engagement, mais le gouvernement aura du mal à recruter des travailleurs dans des emplois où les augmentations de salaire sont plafonnées par la loi à des taux inférieurs à l’inflation. »

« La solution la plus simple et la plus rapide que le gouvernement puisse adopter en ce moment pour appuyer les services publics est d’abroger le projet de loi 124. À tout le moins, le gouvernement pourrait immédiatement mettre en œuvre un seuil de faible revenu (SFR) pour résoudre les problèmes de recrutement et de maintien en poste dans les secteurs qui font face à une pénurie de professionnels pendant cette pandémie. »

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré que le projet de loi 124 non seulement dépossède les travailleurs, il dépossède aussi les services sur lesquels les Ontariens dépendent.

« Quand je travaille sur un budget, la dernière chose que je veux faire est de réduire les investissements dans les services pour couvrir des frais juridiques inutiles », a déclaré M. Almeida. « Mais avec le projet de loi 124, c’est exactement ce que fait le gouvernement. Ils savent que l’OPSEU/SEFPO et d’autres syndicats contestent ce projet de loi devant les tribunaux; ainsi, ils pourraient éviter tous ces frais juridiques en l’abrogeant immédiatement et en investissant les économies dans les soins de première ligne, qui reconnaissent les défis du recrutement et de la rétention. »

Monsieur Almeida a fait remarquer qu’une autre façon simple d’économiser, serait de mettre fin à la pratique coûteuse qu’est la privatisation.

« Des projets d’aménagement hydroélectrique à la construction des autoroutes, la vérificatrice générale nous a appris que la privatisation coûte des milliards de dollars de plus à la province de l’Ontario qu’elle ne devrait dépenser », a encore dit M. Almeida. « L’an prochain, dans son budget, j’espère que le gouvernement prendra fermement position contre cette politique défaillante. »

Messieurs Thomas et Almeida ont fait l’éloge du gouvernement pour l’augmentation du soutien aux aînés, aux femmes, aux jeunes noirs, aux petites entreprises et aux parents. Ils ont accueilli avec plaisir l’attention renouvelée sur la formation et le développement des compétences dans les collèges communautaires et ont félicité le gouvernement pour son engagement à consulter et à travailler avec les syndicats.

« Nous sommes ici pour collaborer avec ce gouvernement, au nom de la population de l’Ontario, afin de rendre les services publics de l’Ontario aussi solides que possible », a ajouté M. Thomas. « Quant aux 3 700 nouveaux préposés aux services de soutien à la personne (PSSP) que le gouvernement s’est engagé à embaucher, par exemple, nous l’encourageons vivement à adopter notre plan pour soutenir les collèges en partageant les frais de scolarité pour assurer la formation appropriée et accélérée des PSSP. Nous avons besoin d’une action immédiate sur ce dossier. Les Ontariens comptent sur nous.

« Je sais qu’il n’est pas facile de diriger une province pendant une pandémie, et je félicite le gouvernement pour l’approche équilibrée qu’il a choisi d’adopter », a encore dit M. Thomas. « Bien qu’il soit facile de jeter des pierres, nous nous réjouissons de travailler avec eux pour faire de la vision budgétaire d’une fonction publique solide une réalité. »

Pour plus d’information :
Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, 613-329-1931