Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président de l’OPSEU/SEFPO formellement opposé aux demandes de permis de boisson « dangereuses » des magasins 7-Eleven

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déposé une objection officielle auprès de la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (CAJO) aux demandes de permis de boisson faites par 61 magasins 7-Eleven dans 31 communautés à travers la province, dont 14 à Toronto.

« Nous nous engageons sur une voie dangereuse si la CAJO laisse cette multinationale passer au travers des mailles du filet pour introduire la vente d’alcool dans les magasins de proximité », a déclaré M. Thomas. « 7-Eleven affirme vouloir faire de ses magasins des restaurants où l’alcool peut être servi, mais nous savons tous très bien ce qui va se passer : nos enfants et nos adolescents se trouveront à côtoyer des personnes intoxiquées qui rincent un sac de Twinkie avec une demi-douzaine de bières.

« Et qu’en est-il des petites entreprises locales et des restaurants qui ont déjà tant de difficultés durant cette pandémie? Pourquoi permettrions-nous à cette gigantesque multinationale de leur faire encore plus de mal? », a demandé le président Thomas. « Ce projet doit être arrêté avant qu’il ne commence, et j’encourage tout le monde à déposer leurs propres objections auprès de la CAJO. »

L’OPSEU/SEFPO a toujours été opposé à la privatisation des services publics, et ce, parce que la privatisation s’accompagne toujours d’une augmentation des coûts et d’une baisse de la qualité. Le syndicat, qui représente quelque 13 000 travailleurs de première ligne à la LCBO, s’oppose également à la poursuite de l’expansion des ventes d’alcool privées à cause de tout le mal qu’elles causent à la santé publique et aux finances publiques.

“Si on autorise 7-Eleven à vendre de l’alcool pour consommation dans ses magasins, ce ne sera pas long avant que tous les magasins de proximité de la province soient autorisés à vendre du vin et de la bière, et ce serait une catastrophe », a déclaré le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Je sais que les gens aiment l’idée de la commodité, mais lorsque l’achat d’alcool devient trop commode, ça finit par faire du mal aux familles et coûter des millions et des millions de dollars à la province en pertes de productivité et coûts supplémentaires en santé et justice criminelle. »

Les travailleurs de la LCBO membres de l’OPSEU/SEFPO, qui vont bientôt entrer en négociations vu que leur contrat expire le 31 mars prochain, font de l’anti-privatisation de la vente d’alcool une priorité de leurs négociations.

« Nous sommes extrêmement fiers de notre excellent bilan de ventes d’alcool responsables, et nous allons à la table unis dans notre prise de position contre les détaillants privés, qui mettent les profits avant la sécurité du public », a dit Colleen MacLeod, présidente de la Division des employés de la régie des alcools de la LCBO. « Nos membres vivent et élèvent leurs familles dans des communautés où les magasins 7-Eleven demandent à vendre de l’alcool. Beaucoup d’entre nous se sont déjà opposés à ces demandes de permis, et nous encourageons les membres du public à en faire de même. »

La CAJO accepte les objections de la part de toutes les personnes qui vivent dans des communautés où se trouve un magasin 7-Eleven. Vous avez jusqu’au 11 mars pour le faire. Pour envoyer vos commentaires, visitez le site Web de la CAJO et entrez « Alcool » dans le champ « Catégorie » et « 7-Eleven » dans le champ « Auteur de la demande ».

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931 OPSEUCommunications@opseu.org