news_press_releases_french.jpg

La province doit sévir contre les gens qui « sautent la file d’attente » de vaccination contre la COVID-19

COVID-19
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Après avoir entendu dire qu’un administrateur d’hôpital avait poussé un membre de sa propre famille en tête de file d’attente, le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande à la province d’en faire plus pour sévir contre les resquilleurs de la vaccination contre la COVID-19.

« Le succès de la campagne de vaccination en Ontario se fonde sur l’équité et la confiance », a déclaré M. Thomas. « La province a accordé la priorité aux populations à haut risque afin de sauver des vies. Chaque fois qu’une personne hors de ce groupe cible saute la file d’attente pour se faire vacciner, elle met la vie d’une autre personne en danger. »

« Ce n’est pas juste, et si elle veut vraiment sauver des vies, la province doit prendre davantage de mesures contre les personnes qui enfreignent les règles », a encore dit M. Thomas.

La semaine dernière, le personnel prioritaire de première ligne du Centre de santé Headwaters d’Orangeville, a eu accès à des doses limitées du vaccin contre la COVID-19. Le syndicat sonne l’alarme, disant qu’en dépit d’une disponibilité limitée, un membre de l’équipe de gestion de l’hôpital a ignoré les ordonnances provinciales en permettant à un membre de sa famille de venir se faire vacciner, avant toutes les personnes sur la liste prioritaire.

Cette révélation troublante fait suite aux rapports selon lesquels la dernière livraison au Canada du vaccin Pfizer sera réduite de moitié en raison d’un retard de production temporaire. Selon Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, cette nouvelle est particulièrement inquiétante lorsqu’on sait aussi que plusieurs membres du personnel des hôpitaux d’autres régions de l’Ontario qui ont déjà été vaccinés n’étaient pas dans la catégorie des personnes à haut risque, y compris des dirigeants en relations publique et du personnel en congé.

« Corruption et resquillage se sont déjà infiltrés dans le système et nous venons tout juste de commencer », a déclaré M. Almeida. « Nous sommes toujours en phase 1 de la distribution du vaccin, dans laquelle seules les personnes auxquelles on a attribué la plus haute priorité devraient se faire vacciner, mais au lieu de ça, nous voyons des gestionnaires d’hôpitaux abuser de leur pouvoir. »

« Cela n’augure rien de bon pour la confiance du public et du personnel dans la distribution du vaccin », a ajouté M. Almeida. « Et le gouvernement devrait intervenir immédiatement et mettre un terme à cette pratique. »

« Nous continuons d’entendre que les travailleurs de la santé de première ligne sont des héros », a déclaré M. Thomas. « Eh bien, il est temps que la direction des hôpitaux montre son appréciation en passant aux actes, pas seulement avec de belles paroles. Ces héros de première ligne méritent d’avoir accès au vaccin avant les membres sur la liste personnelle des gestionnaires. »

Monsieur Thomas a ajouté que les travailleurs de la santé sont de plus en plus frustrés par les obstacles à la vaccination. Certains hôpitaux obligent les travailleurs de première ligne à utiliser leurs crédits de congé pour aller se faire vacciner.

« Il incombe à la province d’assurer qu’on respecte la priorité établie en matière de vaccination et qu’aucun obstacle n’existe », a encore dit M. Thomas. « Si on ne peut pas se fier aux responsables de la distribution des vaccins, dont les gestionnaires d’hôpitaux, pour suivre les règles, alors il faut les remplacer. La province doit adresser un message clair comme quoi les contrevenants seront virés. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931