L'OPSEU/SEFPO interpelle le gouvernement de l'Ontario au sujet des nouvelles restrictions

Toronto – Le gouvernement de l’Ontario a renforcé aujourd’hui les restrictions imposées aux Ontariens et a annoncé de nouveaux pouvoirs arbitraires à la police pour détenir, interroger et verbaliser les citoyens à l’extérieur de leur domicile, même ceux qui n’en ont pas.

La solliciteure générale, Sylvia Jones, a annoncé de nouvelles mesures pour renforcer l’application du décret ordonnant de rester à la maison afin de freiner l’augmentation rapide des cas de COVID-19 dans la province.

« Les Ontariens veulent participer à la lutte contre la COVID-19 et la grande majorité fait de son mieux depuis plus d’un an », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

« Les citoyens de cette province, y compris les milliers de travailleurs de l’OPSEU/SEFPO, se sont mis en danger pour procurer des services essentiels de première ligne », a déclaré le président Thomas. « Ils ont perdu leurs moyens de subsistance en obéissant à des mesures de confinement; ils ont vu leurs emplois disparaître et leurs entreprises fermer. Les Ontariens ont perdu des amis et des membres de leur famille durant cette pandémie. Depuis plus de 12 mois maintenant, ils restent loin de ceux qui ont besoin d’eux et qui les aiment. Ils veulent voir la COVID-19 disparaître et continueront de faire tout leur possible pour gagner la bataille contre cette pandémie. »

« Afin de faire leur devoir envers la population de l’Ontario, les membres de l’OPSEU/SEFPO mettent leur vie en danger en travaillant dans les hôpitaux, les centres de vaccination, les laboratoires, les écoles, les prisons et en première ligne dans les communautés de la province. À l’OPSEU/SEFPO, nous avons même offert gratuitement le bâtiment que nous avons acheté et rénové récemment, situé au 155, chemin Lesmill, comme clinique de vaccination. Nous voulons tous aider parce que nous sommes toutes et tous confrontés à cette pandémie. Et la seule issue possible est l’unité, et non la peur.

« Mais le décret renforçant les restrictions qui a été annoncé aujourd’hui par le gouvernement va trop loin », poursuit le président Thomas. « Donner à la police le droit d’arrêter et de questionner les citoyens s’apparente à une loi martiale. S’il est mal appliqué ou perçu comme étant utilisé pour cibler, il marquera l’histoire comme ayant été un décret impitoyable. Je suis convaincu que c’est une mesure qui ne plaira pas non plus à la police. »

« Cette mesure risque de porter réellement préjudice aux populations vulnérables, qui sont déjà les plus grandes victimes de cette pandémie », a déclaré pour sa part Peter Thompson, président de la Coalition des travailleurs racialisés de l’OPSEU/SEFPO. « Au lieu d’être aidées, elles sont surveillées. Quel message envoyons-nous aux populations vulnérables, qui souffrent déjà d’un déficit de confiance? »

« Au lieu de leur procurer plus de vaccins et plus de soutien, nous leur envoyons des restrictions et des policiers », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « La peur de contracter une maladie grave et de mourir l’emporte sur les conséquences de recevoir un constat d’infraction tous les jours de la semaine. Ces renforcements des restrictions mettent les mauvaises ressources sur le terrain : au lieu de nous donner des vaccins, des jours de maladie payés et du soutien, on nous envoie la police, des ordres de rester à la maison et des amendes. Ce n’est pas la manière de faire de l’Ontario. »

« Cette pandémie est devenue tellement politisée, avec une rhétorique conflictuelle, que les gens ne savent plus qui croire », a conclu le président Thomas. « Ce n’est que par la coopération, l’éducation, l’approvisionnement en vaccins et la vaccination que nous pourrons sortir de ce cauchemar. La police et les contrôles aléatoires des citoyens ne feront pas baisser les chiffres de la COVID-19, contrairement à une piqure dans le bras.

Nous exhortons le premier ministre à reconsidérer ses options. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas – 613-329-1931