L’OPSEU/SEFPO est solidaire de la communauté musulmane dans ses appels à la justice

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

L’attaque insensée contre une famille musulmane à London cette semaine doit servir de cri d’alarme pour les Canadiens que l’islamophobie est un problème grave et urgent auquel nous devons faire face maintenant.

Nous sommes écœurés et choqués qu’une personne maléfique se précipite et tue Salman Afzaal et sa femme Madiha Salman, leur fille de 15 ans, Yumna Afzaal, et la mère d’Afzaal, 74 ans. Fayez Afzaal, le fils de neuf ans du couple, est le seul survivant.

La famille était bien connue de la communauté musulmane pakistanaise locale. Afzaal était physiothérapeute, Salman était sur le point de terminer son doctorat en génie civil et Yumna venait de terminer sa première année d’école secondaire. On savait que la grand-mère, la matriarche de la famille, profitait de leurs promenades en famille.

La police croit qu’il s’agissait d’une attaque ciblée. Les Afzaal étaient sortis pour une promenade en soirée et ont été attaqués et tués parce qu’ils étaient musulmans. Le conducteur les a heurtés puis est reparti comme si leur vie ne signifiait rien.

Trop de Canadiens se trompent en croyant que la haine, le racisme et la discrimination n’existent pas ici. L’image du Canada en tant que « pays des immigrants » alimente cette idée fausse et néglige les crimes haineux auxquels les immigrants au Canada sont vulnérables au quotidien.

L’attaque de dimanche dans le sud-ouest de l’Ontario, ainsi que la fusillade dans la mosquée de Québec qui a fait six morts en 2017, devraient briser le mythe selon lequel le racisme et la haine ne sont pas de graves problèmes au Canada.

Les réalités de la vie au Canada sont différentes pour les musulmans, les personnes racialisées et les autochtones. Ils ne voient pas une terre où règne l’égalité des chances. Ils continuent de se heurter à des obstacles lorsqu’il s’agit d’obtenir des emplois, des soins de santé et un logement abordable. Ils ne peuvent même pas être sûrs de pouvoir marcher en toute sécurité dans la rue. Le Canada les a laissés tomber, et nous devons faire mieux.

Ces réalités sont encore plus dévastatrices car elles surviennent à un moment où nous devrions être unis pour traverser la pandémie de la COVID-19. Au lieu de cela, nous continuons de voir une augmentation des crimes haineux, dont beaucoup sont motivés par la race et la foi.

Nous demandons à tous les Canadiens de reconnaître que tout ne va pas bien dans notre pays. Les mots et les condoléances ne suffisent plus. Nous devons dénoncer l’islamophobie et le racisme quand nous les voyons. Nous devons tous jouer un rôle actif dans le changement du récit pour garantir que les voix de chacun soient entendues.

L’OPSEU/SEFPO s’exprimera toujours haut et fort contre le genre de cruauté que nous avons vue cette semaine. Les tribunaux s’occuperont du suspect faisant l’objet d’accusations, mais il s’agit d’un problème beaucoup plus important qu’un individu et nous devons continuer à être une voix forte dans la lutte pour le changement.

Notre compassion et notre humanité doivent nous unir, surtout pendant des périodes sombres comme celles-ci. Nous sommes solidaires de la communauté musulmane dans ses appels à la justice.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO