Skip to content

L'OPSEU/SEFPO exhorte le gouvernement Ford à abandonner le modèle de financement destructif des collèges

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dit que le plan du gouvernement visant à modifier le modèle de financement des collèges entraînera une détérioration de la qualité de l’éducation, des pertes d’emploi et la disparition pure et simple de programmes essentiels dans toute la province.

« Tout comme Walmart a décimé les commerces des rues principales de tant de communautés ontariennes et les moyens de subsistance de tant de travailleurs, ce plan détruira le système collégial auquel la population de l’Ontario est particulièrement attachée », a déclaré le président Thomas. « Au lieu d’aider les collèges à dispenser la meilleure éducation au plus grand nombre d’étudiants possibles, le ministre les force à se battre les uns contre les autres. »

« Les petits collèges seront soumis à une énorme pression et ce sont les étudiants qui en subiront les conséquences, en particulier ceux qui s’intéressent aux services sociaux et à d’autres domaines, où les salaires tendent à être plus bas et où la demande, comme le montre cette pandémie, est élevée », a ajouté le président Thomas. « Heureusement, ce plan désastreux ne prendra pas effet avant deux ans. Le gouvernement a encore deux ans pour écouter la voix de la raison et annuler cette approche maladroite qui vise à comparer l’enseignement postsecondaire à un terrain de sport. »

Le plan, qui a été annoncé par le ministre des Collèges et des Universités, Ross Romano, propose de changer le modèle de financement des collèges. Actuellement, ils reçoivent du financement en fonction des inscriptions. Mais dans le cadre de ce nouveau plan, la majeure partie de leur financement dépendra d’un ensemble de « mesures », comme l’efficacité et le salaire que les étudiants gagneront après avoir obtenu leur diplôme.

« Nous savons tous que l’efficacité est un mot codé qui signifie compressions dans les premières lignes et les programmes les moins prestigieux », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Et en fondant le financement sur le salaire des diplômés, on favorise les plus grands établissements post-secondaires, qui ont l’avantage d’être situés dans des régions où les emplois sont plus abondants.

Qu’adviendra-t-il des programmes qui forment les « professionnels des soins à la personne », comme les préposés aux services de soutien à la personne (PSSP) et les fournisseurs de services de soutien direct (FSSD), où les salaires tendent à être moins élevés. Et comment ces mesures s’appliqueront-elles aux étudiants internationaux? », a demandé Eddy Almeida.

Le premier vice-président/trésorier Almeida a également souligné le fait que la collecte de données pour les mesures engendrerait des coûts administratifs supplémentaires qui seraient mieux dépensés dans les salles de classe.

Le président Thomas s’inquiète également du fait que ce plan mette l’accent sur ce que l’on appelle les « microcertifications », qui sont généralement des formations très spécialisées et de courte durée.

« Il peut y avoir une place pour les microcertifications, mais il s’agit trop souvent de formations qui débouchent sur des emplois précaires », a déclaré RM Kennedy, le président de la Division du personnel scolaire des collèges de l’OPSEU/SEFPO. « Nos collèges et universités ont vocation à donner aux étudiants une vaste compréhension d’une industrie afin qu’ils puissent entamer et mener une carrière stable. Mais un système qui se fonde sur des microdiplômes les prépare seulement à une vie de précarité – d’un contrat à temps partiel à un autre. »

« Nous appelons les présidents des 24 collèges à se joindre à nous pour exprimer leur opposition à ce plan voué à l’échec », a conclu le président Thomas. « Le ministre Romano a besoin d’être parfaitement conscient que son plan axé sur le rendement pourrait lui coûter cher.  Notre expérience avec son bureau nous montre que ce plan pourrait revenir le hanter un jour – lui et son personnel politique.  Je détesterai voir son ministère disparaître complètement. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613 329-1931