SEFPO Personnel Scolaire des Collèges bannière

L'OPSEU/SEFPO remporte une victoire importante en ce qui a trait au congé de maternité/parental

CAAT-A notebook
Facebook
Twitter
Email

L’OPSEU/SEFPO a gagné une bataille importante en ce qui concerne les vacances et le congé de maternité/parental. Une arbitre a statué que les collèges ne peuvent pas forcer les membres du personnel scolaire à prendre des vacances pendant un congé.

Le grief est survenu lorsqu’une professeure a demandé à prendre un congé de maternité. Pendant son congé, elle recevrait des prestations d’assurance-emploi (AE), complétées par le supplément prévu conformément au régime de prestations supplémentaires de chômage du collège. Cela signifiait qu’elle n’aurait pas besoin de prendre ses vacances d’été ni le salaire de vacances différé qui va avec.

La professeure a demandé que son salaire de vacances différé lui soit payé en une seule fois ou qu’on lui paye ses deux mois de vacances au retour de son congé.

L’employeur a insisté pour que la professeure prenne ses vacances pendant son congé de maternité, la privant de ses deux mois de vacances payées.

L’arbitre Kathleen G. O’Neil a statué que l’employeur ne pouvait pas s’acquitter de son obligation de compléter les prestations d’assurance-emploi de la professeure par l’entremise du régime des prestations supplémentaires de chômage. Elle a stipulé que le salaire de vacances différé et les prestations supplémentaires de chômage étaient deux droits complètement distincts. En essayant d’éviter de verser les paiements au titre du régime des prestations supplémentaires de chômage, le collège a violé la convention collective.

« Nous sommes ici en présence d’un employeur sans cœur qui essaie de duper une future maman », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Il a violé de manière flagrante la convention collective et essayé de la dépouiller de ses vacances dûment gagnées.

« Je suis toujours sidéré par ce genre de comportement honteux. Et je pense que cet employeur devrait rougir de honte. »

Pour le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, c’est une preuve supplémentaire que les syndicats sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais.

« La convention collective indique clairement que les membres n’ont pas à prendre leurs vacances pendant un congé, mais l’employeur continuait à faire pression sur cette membre du personnel scolaire afin qu’elle renonce à sa paye de vacances. Pouvez-vous imaginer combien les travailleurs non syndiqués sont vulnérables aux actes répréhensibles de leur employeur? »

« Cela montre que chaque travailleur a besoin et mérite d’être protégé par un syndicat, qui a les ressources nécessaires pour s’opposer aux injustices par l’entremise de notre système judiciaire complexe et coûteux », a déclaré le président Thomas. « L’OPSEU/SEFPO continue de remporter des victoires primordiales pour ses membres – et nous continuerons à être une force au service du bien dans notre province. »