Les dirigeantes de l'OPSEU/SEFPO mettent en garde le gouvernement Ford

Facebook
Twitter
Email

Toronto – Les dirigeantes nouvellement élues de l’OPSEU/SEFPO affirment que le gouvernement Ford a perdu la confiance des travailleurs du secteur public et qu’il sera tenu responsable aux élections provinciales du 2 juin prochain.

La présidente JP Hornick et la première vice-présidente/trésorière Laurie Nancekivell se sont rendues aujourd’hui à Queen’s Park pour mettre en évidence les politiques inefficaces du gouvernement Ford.

« Les travailleurs du secteur public ont parlé et leur message est le suivant : le gouvernement Ford a perdu notre soutien et c’est la dernière fois qu’il nous laisse tomber », a insisté Mme Hornick. « Monsieur Ford, vous et votre programme anti-travailleurs devez disparaître. »

Madame Nancekivell prévoit que le gouvernement Ford essaiera d’acheter des voix en mettant quelques carottes dans un budget essentiellement caractérisé par le maintien du statu quo, qui devrait être publié la semaine prochaine, mais a déclaré que les membres de l’OPSEU/SEFPO ne se laisseront pas duper.

« À moins de voir des changements importants dans ce prochain budget, nous allons nous battre avec force pour renverser ce gouvernement », a encore dit Mme Nancekivell. « Je vais me risquer à dire que ce budget ne suffira pas à effacer les quatre dernières années de dommages causés, et à fortiori les 25 dernières années d’austérité. »

Les nouvelles dirigeantes de l’OPSEU/SEFPO ont demandé à M. Ford d’abroger immédiatement les lois anti-travailleurs adoptées, dont le Projet de loi 124, qui plafonne les salaires, et les projets de loi 106 et 195, qui tous deux donnent au gouvernement le pouvoir de ne pas tenir compte des dispositions des conventions collectives.

Elles ont fait remarquer que ces projets de loi ciblent injustement les femmes, qui constituent la majeure partie de la main-d’œuvre dans notre système de santé et qui ont contribué à sauver d’innombrables vies; les travailleurs de l’éducation et les travailleurs des services sociaux, qui vont bien au-delà du devoir, à des emplois déjà mal rémunérés; les travailleurs de première ligne de la LCBO, qui occupent déjà des postes temporaires et occasionnels et à qui on ne garantit pas les heures; pour n’en nommer que quelques-uns.

Madame Hornick a mis l’accent sur la plateforme électorale de l’OPSEU/SEFPO, en déclarant qu’il est temps d’avoir un gouvernement qui répare les soins de longue durée, apporte de l’eau potable aux communautés autochtones, mette fin à la privatisation et investisse dans la santé et l’éducation.

« Ça n’a rien de radical. Nous pouvons absolument nous permettre de construire un Ontario meilleur », a poursuivi Mme Hornick. « Cette administration a eu sa chance et elle nous déçoit depuis assez longtemps. »

Madame Hornick a ajouté que les membres de l’OPSEU/SEFPO s’étaient clairement prononcés en faveur d’un changement en élisant ses nouvelles dirigeantes ce mois-ci, et ils se prononceront encore plus clairement en faveur d’un changement lorsqu’ils votent pour les dirigeants de l’Ontario.

« Nous mobilisons nos membres afin qu’ils élisent un gouvernement qui soutiendra les travailleurs », a poursuivi Mme Hornick. « Nous sommes ici pour dire à M. Ford que nous ne nous laisserons pas distraire par un remboursement des vignettes sur nos plaques d’immatriculation quand les travailleurs ont besoin d’un soutien réel et de changements importants. »

Pour plus d’information : Steve Fairbairn, superviseur des communications, 416-802-1074; OPSEUCommunications@opseu.org

Related News