Skip to content
news_opseu_french_banner.jpg

Le président de l'OPSEU/SEFPO demande un investissement massif dans les services publics dans le budget de cette semaine

Toronto – Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande au gouvernement Ford de faire des investissements majeurs dans les services publics dans son budget de cette semaine pour faire face à la pandémie de COVID-19 et réparer les décennies de négligence des gouvernements successifs.

« En un mot, il doit s’agir d’un investissement collectif dans le cœur et l’âme de cette province, ou, comme le premier ministre aime à le dire, dans “les gens ordinaires” », dit le président Thomas.

Les travailleuses et travailleurs de première ligne du secteur public luttent héroïquement sur la ligne de front et portent l’Ontario à bout de bras depuis le début de la pandémie de COVID-19, mais ils ne pourront pas nous faire traverser la deuxième vague sans plus de soutien, selon le président Thomas. « Les gouvernements précédents ont fait porter le blâme de leurs problèmes budgétaires sur les travailleurs de première ligne, mais c’est un mythe et c’est injuste. »

Afin que l’Ontario puisse faire face à cette pandémie, ainsi qu’aux prochaines à venir, il est absolument vital d’investir massivement dans les soins de santé, y compris pour davantage d’hôpitaux, de foyers de soins de longue durée et de laboratoires publics, a déclaré le président Thomas, qui a ajouté qu’il est également essentiel que les soins de longue durée soient entièrement publics et que les exploitants privés soient exclus du secteur.

« Les sociétés privées et leurs cadres cupides ont empoché des milliards sur le dos de nos personnes âgées et infirmes et, malheureusement, sur le dos de ceux et de celles qui ne sont plus avec nous », a ajouté le président Thomas. « Cela doit cesser maintenant. »

En plus des infrastructures, on aura besoin de davantage de travailleurs de première ligne, et le président Thomas dit que pour former une main-d’œuvre qualifiée, il faut également faire des investissements accrus dans tout le système d’éducation postsecondaire de l’Ontario.

« Utilisons, par exemple, nos collèges communautaires, comme Bill Davis l’avait voulu, pour former une main-d’œuvre hautement qualifiée et éduquée grâce à notre personnel enseignant de classe mondiale, » a expliqué le président Thomas.

Le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, reconnaît l’action du gouvernement Ford pour augmenter les effectifs et améliorer les infrastructures dans le système correctionnel, mais il ajoute qu’il y a des besoins auxquels il faut encore répondre.

« Il faut investir davantage pour assurer la sécurité du personnel et des détenus dans les établissements correctionnels, et nos agents de probation et de libération conditionnelle doivent avoir les ressources dont ils ont besoin pour assurer la sécurité de la population ontarienne », a déclaré Eddy Almeida, qui est lui-même un agent correctionnel. « Parce que je suis en train de dresser le budget de l’OPSEU/SEFPO, je ne sais que trop bien qu’on a parfois besoin de prendre des décisions difficiles, et pour le premier ministre et le ministre des Finances, c’est maintenant le temps de faire passer les gens – et les services publics dont ils dépendent – en premier. »

Le président Thomas a également demandé au gouvernement d’inverser cette tendance visant à autoriser les détaillants privés à vendre des boissons alcoolisées et de faire de la LCBO le moteur qui sert à financer les investissements essentiels pour que l’Ontario puisse traverser la pandémie et repartir de l’avant.

« Nous devons veiller à ce que la LCBO reste la poule aux d’or des recettes publiques et mettre fin à la lente propagation de la privatisation et à l’hémorragie des deniers publics », a déclaré le président Thomas.

Selon le président Thomas, il y a des dizaines d’autres secteurs qui ont besoin d’investissements, comme les services d’aide à l’enfance, les services de santé mentale et de développement pour les enfants, les cliniques d’aide juridique, les refuges pour sans-abri, la fonction publique de l’Ontario et les municipalités.

En fait, si ce gouvernement, qui est payé par la population de l’Ontario, est aussi là pour la population de l’Ontario, il doit répondre aux besoins, aux demandes et aux désirs de cette population », a conclu le président Thomas.

Renseignements :

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, 613-329-1931

Cliquez ici pour voir la déclaration du président Thomas.