Skip to content
solidarity_funds_opseu_french_banner.jpg

Le SEFPO affirme sa solidarité internationale envers les sages-femmes du Guatemala

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les membres du Fonds pour la justice sociale du SEFPO ont rencontré ce mois-ci des sages-femmes autochtones du Guatemala en visite au Canada pour la toute première fois. Ces sages-femmes font partie d'une délégation qui comprend deux médecins, dont le Dr Jorge Ariel Diaz Ordonez, directeur du centre de santé maternelle et infantile, et la Dre Iris Gamez, coordonnatrice du projet. Leur visite au Canada est organisée par Horizons d'amitié, un organisme sans but lucratif basé à Toronto, et son partenaire guatémaltèque, l'association pour la promotion, la recherche et l'éducation en matière de santé (PIES). 

Les sages-femmes participent à un projet de quatre ans qui a débuté en 2016 et qui vise à réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile dans la province guatémaltèque de Totonicapán. Ce projet, qui fait partie des nombreux projets à avoir reçu du financement du Fonds pour la justice sociale du SEFPO, a pour objectif d’améliorer la vie de milliers de femmes, d’enfants et de familles autochtones grâce à des sages-femmes autochtones, connues sous le nom de « comadronas », qui ont reçu une formation adaptée à leur culture. Ces sages-femmes reçoivent une formation spéciale leur permettant de créer des liens avec les organismes locaux de santé des femmes et d’impliquer les chefs des communautés autochtones, entre autres. 

À l’occasion du symposium « L'eau, c’est la vie » organisé par l'Équipe de mobilisation autochtone (ÉMA) du SEFPO, le 22 mars dernier, les sages-femmes ont rencontré plusieurs membres du Conseil exécutif du SEFPO, qui siège au Fonds pour la justice sociale, ainsi que d'autres personnalités invitées. 

« Nous sommes très reconnaissantes au SEFPO pour son soutien financier », a déclaré la sage-femme Angela Antonienta Vicente. « Ce soutien est très important pour nous aider à accomplir notre travail de sages-femmes autochtones dans la province de Totonicapán au Guatemala.

En signe de remerciement, elles ont remis au SEFPO et aux représentants du Fonds pour la justice sociale un sac traditionnel que les sages-femmes utilisent pour faire les accouchements dans des conditions décentes et sécuritaires. Les sages-femmes portent en outre une blouse en latex brodée de motifs culturels. On a fait don de ces deux articles à l'encan silencieux qui est organisé au Congrès du SEFPO; les fonds recueillis seront remis au Fonds pour la justice sociale et au Fonds Vivez et laissez vivre. Durant le Congrès, tout le monde peut faire une offre pour ces articles à l'encan silencieux à la salle 104B, au Palais des congrès du Toronto métropolitain.

« Nous avons l’intention de former 25 sages-femmes de plus », a expliqué la sage-femme Nazaria Xiloj. « Nous avons un grand besoin de sages-femmes autochtones bien formées pour travailler en partenariat avec le gouvernement. Nous faisons appel au ministère de la Santé pour tous les accouchements difficiles et procurons des herbes apaisantes et du soutien aux femmes qui ont une grossesse à risque. »

Angela et Nazaria ont suivi plusieurs sessions de formation à l’intention des sages-femmes autochtones dans les centres de santé maternelle et infantile. Très impliquées dans leur communauté, elles participent à des programmes de promotion de la santé maternelle et de vaccination des enfants dans les villages des régions rurales.  Le Fonds pour la justice sociale du SEFPO est fier d'être associé à ce projet.