SEFPO Avis bannière

L’encan silencieux du SEFPO ne garde pas le silence à propos du VIH/sida

Illustration of red ribbons for HIV/AIDS
Facebook
Twitter
Email

Message du Conseil exécutif du SEFPO et du Fonds Vivez et laissez vivre

Nous remercions chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont appuyé l’encan silencieux du Fonds Vivez et laissez vivre lors du Congrès 2018.  L’encan silencieux a permis d’amasser plus de 17 000 $, un record sans précédent.  Nous tenons également à témoigner toute notre gratitude à Marisa Stagliano et Anna Lisa Parato, toutes deux membres du personnel du SEFPO, qui ont joué un rôle central pour organiser l’encan silencieux de cette année.

Le mandat du Fonds Vivez et laissez vivre du SEFPO, qui a été créé en 2003, est de récolter des fonds pour lutter contre le VIH/sida en Ontario et en Afrique australe.  Le Fonds Vivez et laissez vivre est financé par un don annuel du Conseil exécutif du SEFPO et grâce à la générosité des membres et des sections locales qui font des dons et des contributions à l’occasion de l’encan silencieux du Congrès annuel du SEFPO.

Après plusieurs années de déclin, les taux d’infection par le VIH sont à nouveau à la hausse.  La ville de London, en Ontario, a récemment déclaré que le VIH était une urgence de santé publique. Le VIH, qui peut frapper n’importe qui, à tout moment, concerne toutes les couches de la société.  Grâce aux progrès de la médecine, le VIH n’est plus synonyme de condamnation à mort, mais c’est une maladie chronique qui doit être soignée tout au long de la vie.  

Le VIH ne se transmet pas par simple contact. On ne risque pas de contracter le VIH quand on travaille sur la même chaîne de montage, qu’on utilise le même équipement, qu’on partage un casier ou des installations sanitaires ou qu’on travaille dans le même bureau qu’une personne souffrant du VIH ou du SIDA.  

La stigmatisation à l’égard des personnes atteintes du VIH est, cependant, bien réelle et entraîne des répercussions profondes sur leur vie et santé.  

Le VIH/sida est une question qui concerne les milieux de travail et le SEFPO mène la lutte du mouvement syndical.  Des travailleurs ont été infectés au travail, discriminés au travail, et congédiés pour avoir eu accès à des médicaments contre le sida par l’entremise de leurs régimes d’assurance-médicaments.  La législation sur les droits de la personne garantit l’égalité de traitement à toutes les personnes capables de s’acquitter des tâches essentielles d’un poste ou d’un service.  À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement permettant de guérir l’infection au VIH ou le SIDA. Le contrôle de l’infection au VIH est aujourd’hui beaucoup plus performant grâce à de nouveaux traitements de référence plus efficaces, notamment la prophylaxie et de nombreux médicaments antirétroviraux. Mais jusqu’à aujourd’hui, ces traitements ne peuvent que ralentir ou contrôler le virus, mais pas l’éliminer.

Nous vous invitons à parler à vos sections locales et conseils de district en prévision de l’encan silencieux 2019.  Revenez visiter notre site Web du SEFPO afin de savoir de quelle manière votre contribution a permis de faire une différence dans la vie de nombreuses personnes.